La Bible hébraïque et la kabbale. Avec Youssef Hindi pour Culture Populaire.


(0)
94 Vues
0 commentaire
08.2019

Dans cette conférence, Youssef Hindi répond à plusieurs de ses contradicteurs et :
 - précise ses positions s'agissant de son analyse critique de la Bible Hébraïque ou Ancien Testament
 - revient brièvement sur l'une des principales thèses, à savoir qui est Yahvé, ses origines obscures et ses visages multiples. Il explique ainsi pourquoi Yahvé et Satan se confondent à plusieurs reprises dans la Bible hébraïque
 - retrace l'histoire et les ramifications de la kabbale et explique en quoi elle est au départ une hérésie au regard du judaïsme, mais paradoxalement la continuation et le versant mystique du projet biblique
 - analyse l'extrême fébrilité du lobby juif sioniste dont l'objectif de son acharnement médiatico-judiciaire contre les opposants au pouvoir judéo-sioniste est d'empêcher l'effet de mimétisme massif qui serait dès lors impossible à endiguer

La vérité sur Pierre Pucheu. Avec Gilles Antonowicz sur Radio Courtoisie.


(0)
91 Vues
0 commentaire
15.11.2018

Pierre Pucheu, ministre de l'Intérieur du gouvernement de Vichy de juillet 1941 à avril 1942, nourrit les controverses : a-t-il réellement désigné lui-même les otages fusillés à Châteaubriant, dont Guy Môquet, comme il en est systématiquement accusé ? A-t-il organisé les crimes judiciaires perpétrés par la section spéciale de la cour d'appel de Paris et le tribunal d'État, condamnant à mort des communistes pour avoir distribué quelques tracts ? Ou est-il au contraire le ministre qui, en zone libre, a permis l'arrestation de plusieurs centaines d'agents ennemis ? Celui qui adjura Pétain de partir pour Alger en octobre 1942 de manière à y appeler les Américains, rompre l'armistice et reprendre la guerre contre l'Allemagne ?
Alors qu'il rejoint le camp allié dès novembre 1942 pour aller se battre en première ligne contre les Allemands avec l'aval du général Giraud, Pierre Pucheu est arrêté à son arrivée en Afrique du Nord, incarcéré, jugé, condamné, fusillé. Son procès, le premier de l'épuration, préfigure tous les autres. De Gaulle, tout en refusant sa grâce pour "raison d'État", fait cependant savoir qu'il lui "garde son estime". Symbole de cette contradiction, voire de ce regret, Pierre Pucheu est l'un des seuls condamné à avoir été autorisé à commander le peloton chargé de l'exécuter...
Ni réquisitoire ni plaidoirie, l'enquête de Gilles Antonowicz comble enfin un trou noir de l'historiographie concernant Vichy, l'occupation et la collaboration.

Émission du "Libre Journal du soir", animée par Jacques Trémolet de Villers.

La droitisation du monde, toujours en marche ? Avec François Cusset à l'Université Populaire d'Amiens.


(0)
57 Vues
0 commentaire
29.01.2018

Cynisme économique, normalisation sociale, conservatisme moral, crispation sécuritaire, recul de la démocratie, et, en réaction, replis nationaux ou folies théocratiques... Toutes ces facettes de notre présent ne seraient-elles pas l'effet d'un unique phénomène, celui d'une droitisation du monde depuis près de 40 ans ?
En effet, on pourrait repérer trois phases majeures de ce tournant à droite : la première, dans les années 80, réussit à faire de la vision néo-libérale prônant dérégulation et concurrence l'opinion dominante, en un véritable coup de force idéologique renversant tous les idéaux collectifs des années 60-70 ; la deuxième, dans les années 90 entre la chute du mur de Berlin et les attentats du 11 septembre, sous couvert de retour au réel et de "fin des idéologies", financiarise allègrement l'économie mondiale en la soumettant aux actionnaires ; et la troisième, dans les années 2000, correspond au tournant sécuritaire qui, au prétexte  d'une "guerre de civilisation", autorise une alliance inédite entre ultralibéraux et néoconservateurs et instaure dans tout le monde occidental l'État policier austéritaire au service des marchés.
Or le régime néo-libéral sécuritaire qui découle de cette triple contrerévolution n'a rien à voir avec le laisser-faire de l'idéal libéral classique, mais constitue un régime normatif et biopolitique qui s'accapare les vies individuelles en régissant les esprits et les corps, aussi bien par l'usage qu'il impose de l'Internet et du téléphone mobile que par ses injonctions à la santé comme à la performance sportive ou sexuelle. Tout contribue ainsi à atomiser les rapports sociaux et à rendre aujourd'hui impensable l'idée de conflit social.
Cependant, un tel tournant à droite est-il fatal et irréversible ? S'intensifie- t-il, ou bien s'infléchit-il ? Ne finira-t-il pas par atteindre un point de non-retour impliquant son implosion ? Et de nouveaux mouvements émancipateurs, aussi diverses que soient leurs formes, n'émergent-ils pas progressivement partout dans le monde pour inverser la trajectoire ?

Qu'est-ce que le romantisme allemand ? Avec Georges Gusdorf, Roger Ayrault, Marcel Brion, Antoine Faivre, Michel Le Bris, Franklin Rausky, Gilles Lapouge, Jean Cassou, Daniel Fabre, Jean-Marie Gibbal et Roger Kempf sur France Culture.


(0)
118 Vues
0 commentaire
10.1978

Le romantisme allemand est l'expression en Allemagne du mouvement artistique appelé romantisme. Habituellement, on considère que ce mouvement a commencé au XVIIIe siècle et duré jusqu'aux années 1830. Il a aussi bien touché le domaine littéraire que celui de la musique ou des arts visuels.
Souvent vu comme une réaction hostile à la modernité (dont l'influence culturelle expliquerait la "voie allemande" du XIXe siècle), les divers intervenants nous montrent à quel point cette vision est réductrice, tant du point de vue temporel que géographique. Le cadre du romantisme doit être élargi afin d'en comprendre pleinement le sens et ses manifestations.

Émission "Nuits magnétiques", animée par Olivier Kaeppelin.

Les aventures d'une pensée. Avec George Steiner sur la RTS.


(0)
140 Vues
0 commentaire
1998

Critique, philosophe, professeur de littérature anglaise et comparée à Genève, écrivain, interprète de l'art et questionneur de la civilisation occidentale finissante, George Steiner se définit avant tout comme un "maître à lire".
Dans cette série de treize entretiens menée par Guillaume Chenevière, cet intellectuel érudit évoque ses thèmes de prédilection : le langage, la tragédie, la pensée et le pouvoir, le silence après la barbarie de la Shoah et le monde futur.

"La Conjuration des imbéciles", de John Kennedy Toole. Avec Jacques-Pierre Amette sur France Culture.


(0)
143 Vues
0 commentaire
09.03.1982

"Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ". La formule, signée Jonathan Swift, a été placée en exergue d'un roman publié pour la première fois en 1980, onze années après le suicide de son auteur.
Le roman en question, La Conjuration des imbéciles, ne dût qu'à l'opiniâtreté de la mère de John Kennedy Toole, l'auteur, d'être finalement publié, et de recevoir le prix Pulitzer. Et ce grâce à un écrivain et professeur de littérature, Walker Percy, qui accepta de le lire sur l’insistance de la mère et reconnut ses qualités.
Dans la préface du roman, ce dernier présente ainsi Ignatius Reilly, le personnage principal du récit : "Oliver Hardy délirant, Don Quichotte adipeux, saint Thomas d'Aquin pervers, tout cela en un seul homme, en violente révolte contre le monde moderne tout entier, allongé dans sa chemise de nuit de flanelle rayée dans un taudis de Constantinople Street à la Nouvelle-Orléans et qui, entre de gigantesques accès de flatulences et d'éructations, couvre d'invective des douzaines de cahiers."

Émission "Un livre, des voix", animée par Georges Peyrou.

Y a-t-il eu épuration en France à la fin de la Seconde Guerre mondiale ? Avec Annie Lacroix-Riz pour les éditions Armand Colin.


(0)
149 Vues
0 commentaire
07.2019

Dès 1943 et jusque dans les années 1950, les élites impliquées dans la collaboration ont cherché à se "recycler". Y a-t-il vraiment eu, en France, une politique d'épuration ?
Annie Lacroix-Riz explore cette question et nous montre que l'épuration criminalisée ayant suivi la Libération (femmes tondues, cours martiales, exécutions) a cherché à camoufler la non-épuration, aussi bien de la part des ministères de l'Intérieur et de la Justice que de celle des milieux financiers, de la magistrature, des journalistes, des hommes politiques, voire de l'Eglise. De nombreux anciens collaborateurs ont ainsi bénéficié de "grands protecteurs". Le poids des Etats-Unis a également participé de cette non-épuration.
Annie Lacroix-Riz nous livre sa version des faits basée sur les archives et prend le contrepied des ouvrages d'histoire de l'épuration parus ces vingt dernières années, selon elle aussi unanimes que fantaisistes, se concentrant exclusivement sur l'épuration (dite) sauvage, systématiquement confondue avec celle de la Résistance armée.

Histoire de la République en France. Avec Thomas Branthôme pour la revue Regards.


(0)
78 Vues
0 commentaire
06.2019

Alors qu'on peine parfois, aujourd'hui, à s'entendre sur les définitions de république, de laïcité ou de gauche, l'historien du droit et des idées politiques Thomas Branthôme, co-auteur, avec Jacques de Saint Victor, d'une Histoire de la République en France, nous aide à mettre de l'ordre dans ces notions de philosophie politique.

Index chronologique :
 - 00'00 : présentation
 - 00'20 : de l'histoire et du sens du mot "république"
 - 05'55 : de l'articulation entre "république" et "démocratie"
 - 07'45 : de la laïcité
 - 17'35 : du clivage horizontal gauche/droite
 - 24'45 : du clivage vertical peuple/oligarchie
 - 27'10 : de la fin de la cinquième république
 - 31'00 : de la tradition républicaine démocratique vs. de la tradition républicaine monarchiste

Émission "#La Midinale", animée par Pablo Pillaud-Vivien.

Le retour des peuples. Avec André Bercoff au Cercle Aristote.


(0)
66 Vues
0 commentaire
10.06.2019

Comment tout a basculé ? Qu'est-ce qui a fait qu'en quelques mois, le couvercle d'une marmite qui bouillait depuis quarante ans a sauté ? Qu'une élite se retrouva fort dépourvue quand la bise jaune fut venue ? Le tsunami n'est évidemment pas que français : Europe de l'Est, Russie, États-Unis trumpistes, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, sans oublier le Brexit, tout montre que les peuples se sont mis en mouvement. Ce n'est pas seulement le pouvoir d'achat ou le prix du carburant, mais aussi la dignité, l'identité et, pour tous ces peuples que l'on avait rangés au magasin des accessoires, retrouver leur appartenance, leur honneur et leur dimension d'êtres humains.
André Bercoff retrace les raisons de la colère : capitalisme de connivence, noblesse financiaro-administrative, clergé politico-médiatique et un tiers État fragmenté, divisé, caillassé, mais qui se recompose dans les tréfonds d'une France accablée par l'impôt et qui rejette ses dirigeants politiques.
Avec vigueur et humeur, il explique pourquoi ce peuple qu'on croyait complètement dissous dans l'alcool de la mondialisation refait surface dans tous les domaines, et avec une radicalité inconnue jusqu'alors.

Comment la dette a imposé son ordre social et politique. Avec Benjamin Lemoine à l'Université Populaire d'Amiens.


(0)
64 Vues
0 commentaire
02.02.2017

Pourquoi la dette publique occupe-t-elle une telle place dans les débats économiques contemporains, en France et ailleurs ? Comment s'est-elle imposée comme la contrainte suprême qui justifie toutes les politiques d'austérité budgétaire et qui place les États sous surveillance des agences de notation ?
À rebours de ceux qui voient la dette comme une fatalité et une loi d'airain quasi naturelle, Benjamin Lemoine nous explique comment, en France, l' "ordre de la dette" a été voulu, construit et organisé par des hommes politiques, des hauts fonctionnaires et des banquiers, de gauche comme de droite. Autrement dit, il fut le fruit d'un choix politique.
Cette conférence reconstitue la généalogie détaillée de ce choix stratégique, et prend la mesure de la grande transformation de l'État dans l'après-guerre. On réalise alors à quel point les nouveaux rapports entre finance privée et finances publiques sont au cœur des mutations du capitalisme, dans lequel l'État est devenu un acteur de marché comme les autres, qui crée et vend ses produits de dette, construisant par là sa propre prison.

La radio comme possibilité de rêve éveillé. Avec Gaston Bachelard sur France Culture.


(0)
118 Vues
0 commentaire
1949

Gaston Bachelard, philosophe, poète, plume magnifique et grand penseur du XXe siècle a donné une conférence, une causerie en 1949 sur la rêverie de la radio. C'est un document précieux, une archive singulière, la voix de Bachelard.
Son ironie, sa malice et son plaisir de la dérive sont jubilatoires à entendre. En 1949, Gaston Bachelard proposait de guérir l'insomnie au moyen de la rêverie suscitée par la radio et il cherchait comment radiodiffuser les principes de la rêverie.
Un enregistrement brut pour un document important.

Les nations sous l'empire. Avec Emmanuel Todd sur la RTS.


(0)
159 Vues
0 commentaire
26.06.1990

Alors que l'URSS vient de s'effondrer et que l'Allemagne est en pleine réunification, le politologue et historien Emmanuel Todd est interrogé sur la résurgence des identités nationales.
Ce sentiment national renaît dans certains pays ex-communistes, d'où la crainte des Occidentaux d'assister à la résurgence de nationalismes exacerbés et violents, notamment en Allemagne, avec la réunification de la RFA et de la RDA. Ces craintes sont-elles fondées ?

Émission "Les grandes peurs de l'an 90", animée par Eric Burnand.