Le plafond de verre chez les universitaires et chez les artistes : l'invisibilisation de la création intellectuelle et artistique des femmes. Avec Nathalie Heinich pour Citéphilo à Lille.


(0)
87 Vues
0 commentaire
09.11.2018

On sait depuis longtemps que les femmes artistes sont défavorisées en matière d'accès à la reconnaissance de leurs créations. On sait moins que, indépendamment des postes obtenus, les inventions conceptuelles dues à des intellectuelles ont souvent du mal à être prises en considération.
Nathalie Heinich, sociologue au CNRS, éclaire à partir de témoignages ces phénomènes d'oublis ou de retards sélectifs, qui pénalisent les femmes auteures et, avec elles, la vitalité du monde intellectuel et artistique.

Allemagne, une sortie furtive de l'Euro ? Avec Vincent Brousseau sur TV Libertés.


(0)
131 Vues
0 commentaire
04.2019

Vincent Brousseau, ancien haut fonctionnaire à la BCE (Banque Centrale Européenne), normalien, docteur en économie et mathématiques, s'interroge sur l'état de l'union monétaire européenne et envisage la possibilité d'un départ furtif de l'Allemagne de la zone Euro.

A. De la BCE à la critique de l'Euro
 – BCE les raisons d’une démission
 – Le référendum de 2005
 – De Trichet à Draghi, les facilités monétaires en question
 – Qu’est-ce que le mécanisme de Target ?
 – Dettes et créances entre pays de la zone Euro, le cœur du problème
 – Les arrières-pensées allemandes
 – Une faiblesse cachée voulue par les Allemands

B. Une sortie furtive, comment et pourquoi ?
 – Personne en France ne connaît ce risque, médias et politiques muets sur la question
 – L’Allemagne paiera ?
 – Banquiers centraux, universitaires, conseillers de la CDU, beaucoup de monde pour refuser les créances des "pays du club méd"
 – Weber, Stark, Weidmann, Schlesinger, anciens de la Bundesbank, tous en désaccord avec la politique de la BCE
 – Weidmann, président de la Banque centrale allemande invente le concept de sortie furtive repris par les universitaires (ZIN spécialiste de Target)
 – 3 scenarios : 1 possible refus des créances du sud, 2 restitution tous les ans par des titres, 3 échéancier en or
 – Collatéralisation : mise en gage d'un actif en contrepartie des Targets
 – Variations consécutives des cours de l'Euro allemand ou de l'Euro italien ou espagnol
 – La monnaie unique n’est plus unique, c'est la fin de l'union monétaire

C. Apocalypse ou scenario paisible ?
 – Les échanges intra européens perturbés ? Réponse : non
 – Les cas d’une sortie brutale : l'Italie ?
 – Dramatisation politico médiatique
 – La souveraineté ne se partage pas !
 – Et si la Catalogne voulait se doter d'une monnaie ?
 – Sortie de l'Euro et sortie de l'UE
 – La Grèce en question : révélations inédites de Vincent Brousseau
 – Quel sort pour la BCE ?
 – Problème des paiements extérieurs de la zone Euro, la dédolarisation n'est pas pour demain
 – Retour sur le Brexit, comment Theresa May sabote le vote populaire
 – No deal en question : laisser croire que les Anglais ne l'ont pas voulu

Émission "Politique & Eco", animée par Olivier Pichon et Pierre Bergerault.

La guerre des Russes blancs. Avec Jean-Jacques Marie au café Histoire à Paris.


(0)
165 Vues
0 commentaire
04.10.2017

De 1917 à 1922, la guerre civile a causé des ravages en Russie : des millions de morts, des épidémies de typhus et de choléra, la famine, la misère, des populations terrorisées, déportées, massacrées. À l'abdication de Nicolas II en 1917, les bolcheviks - les rouges - prennent le pouvoir. Comment les Blancs ont-ils pu perdre une guerre dont ils s'étaient vus tant de fois les vainqueurs ?
Les Blancs, des généraux de l'ancienne armée proscrits – notamment Denikine, Koltchak, Wrangel – organisent la lutte pour le retour du régime tsariste. Leur action prend naissance dans le sud du pays, puis s'étend jusqu'en Sibérie.
Face à la terreur rouge et blanche qui s’abat sur eux, les paysans se révoltent contre les réquisitions des récoltes et la conscription imposée, souvent appuyés par des bandes de pillards partisans. Les "Verts", comme on les appelle, se battent également contre les Blancs et les Rouges. Le pays est en plein chaos. Mais les Blancs connaissent des divisions politiques et militaires.
Devant l'ampleur des menaces, le gouvernement bolchévique proclame la mobilisation générale et obligatoire. Trotsky prend la direction de l'Armée rouge, qui passe d'un million d’hommes en 1918 à plus de cinq millions en 1920, et élimine les unes après les autres les armées blanches. Les dernières forces blanches rassemblées en Crimée par le général Wrangel sont battues par l'Armée rouge en novembre 1920.
C'est avec Jean-Jacques Marie, historien, spécialiste de l'histoire des révolutions russes et de l'Union soviétique, que nous redécouvrons ces années d'affrontements, d'exactions et de terreur qui firent des millions de morts parmi les troupes et la population victimes des combats, de la famine, des épidémies.

Faut-il renvoyer le monde animal à l'état sauvage ? Avec Jean-François Braunstein, Damien Baldin et Valéry Giroux sur France Culture.


(0)
94 Vues
0 commentaire
18.10.2018

"800 chats ! 400 chiens ! Des rongeurs à foison ! Des poissons par millier ! Des reptiles à profusion !" Voilà ce que promettait le salon Animal expo, qui s’est déroulé il y a une dizaine de jours à Paris. L’équivalent, pour les animaux de compagnie, de ce qu'est le salon de l'Agriculture pour les animaux d'élevage.
A priori, la comparaison s'arrête là. Les animaux d'élevage ont vocation à être exploités, et mangés le cas échéant ;  les animaux de compagnie sont là pour nous faire du bien, des antidépresseurs sur pattes en quelque sorte !
Ils ont néanmoins une histoire commune : ils ont été domestiqués. Autrement dit, si l'on se réfère à la définition proposée par le dictionnaire Larousse, ils ont été transformés, passant "d'une espèce sauvage en espèce soumise à une exploitation par l'homme, en vue de lui fournir des produits ou des services".
C’est cette exploitation que remet en cause aujourd'hui le mouvement antispéciste. Il considère que la question de la liberté animale doit se poser en tant que droit fondamental, comme elle se pose à l’homme.

Émission "Du Grain à moudre", animée par Hervé Gardette.

Le temps des livres est passé. Avec Juan Asensio sur Radio Libertés.


(1)
359 Vues
1 commentaire
07.05.2019

C'est en compagnie du critique littéraire Juan Asensio que l'appauvrissement des langues et l'avènement de la novlangue managériale sont disséqués.
Ces phénomènes sont d'ailleurs longuement évoqués dans son dernier ouvrage Le temps des livres est passé (Ovadia, 2019), rassemblant le meilleur de ses études littéraires des cinq dernières années, de Max Picard à Robert Penn Warenn en passant par Ernesto Sabato, Joseph Conrad ou encore László Krasznahorkai.

Émission "Culture en Libertés", animée par Anne Brassié.

La révolution culturelle nazie. Avec Johann Chapoutot pour l'Agora des savoirs à Montpellier.


(0)
153 Vues
0 commentaire
16.05.2018

Pour les nazis, la "culture" était à l'origine la simple transcription de la nature : on révérait les arbres et les cours d'eau, on s'accouplait, se nourrissait et se battait comme tous les autres animaux, on défendait sa horde et elle seule. La dénaturation est intervenue quand les Sémites se sont installés en Grèce, quand l'évangélisation a introduit le judéo-christianisme, puis quand la Révolution française a parachevé ces constructions idéologiques absurdes (égalité, compassion, abstraction du droit...).
Pour sauver la race nordique-germanique, il fallait opérer une "révolution culturelle", retrouver le mode d'être des Anciens et faire à nouveau coïncider culture et nature. C'est en refondant ainsi le droit et la morale que l'homme germanique a cru pouvoir agir conformément à ce que commandait sa survie : il devenait alors légal et moral de frapper et de tuer.
L'historien Johann Chapoutot nous montre comment s'est opérée la réécriture de l'histoire de l'Occident et par quels canaux de telles idées sont parvenues aux acteurs des crimes nazis.

Contrôle social et révolutions colorées. Avec Lucien Cerise pour le Cercle Culture & Identité à Saint-Germain-en-Laye.


(0)
150 Vues
0 commentaire
25.04.2019

Lucien Cerise, docteur en philosophie et spécialiste et linguistique épistémologie, nous introduit à la discipline de l'ingénierie sociale, méthode scientifique visant à la transformation des groupes sociaux. Car l'ingénierie sociale est l'une des techniques les plus utilisées pour déposséder les nations de leur souveraineté.
La deuxième partie de la conférence porte sur les usages géopolitiques de l'ingénierie sociale, aujourd'hui mise en oeuvre dans les révolutions de couleur.

Les Manuscrits de 1844 de Karl Marx. Avec Francis Cousin pour Critique Communiste.


(0)
149 Vues
0 commentaire
05.2019

Il nous faut (re)lire Marx, après le déluge. Et c'est à partir des Manuscrits de 1844 que Francis Cousin nous invite à comprendre la critique de l'économie politique telle que Marx l'a formulée et partagée dans ses écrits.
Une oeuvre radicale et nécessaire, contre l'ignominie du capitalisme et l'infamie de ses thuriféraires.

La Cour européenne des droits de l'homme. Avec Pierre de Meuse pour l'Action Française.


(0)
125 Vues
0 commentaire
27.01.2018

Le docteur en droit international Pierre de Meuse aborde la question de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, son influence sur le droit français, et par conséquent sur notre souveraineté. Il s'agit notamment de voir de quelle façon notre droit tout entier est influencé par l'idéologie des droits de l'Homme, issue des Lumières.
Comment se libérer de la dictature de cette institution supra-nationale ? Avec quels outils juridiques et surtout philosophiques pourrions-nous le faire ?

La comédie humaine selon Tom Wolfe. Avec Nicolas Idier, Philippe Labro, Erik Neveu et Eric Neuhoff sur France Culture.


(0)
108 Vues
0 commentaire
04.2019

Tom Wolfe, originaire du Sud des Etats-Unis, est un homme déterminé, ambitieux, au regard aiguisé sur son entourage et au grand talent d'écrivain. Le dandy habillé en costume blanc détonne dans l'univers new-yorkais dans lequel il pénètre dans les années 1960. Journaliste amené à la littérature, Tom Wolfe est allé jusqu'à vivre plusieurs années à Miami pour écrire Bloody Miami, ou sur le campus d'une prestigieuse université américaine pour écrire Moi, Charlotte Simmons.
Faisant fi des règles et des conventions journalistiques jusqu'alors à l'oeuvre, il reprend à son compte la devise balzacienne : "la Société allait être l'historien, je ne devais être que le secrétaire".

Émission "La Compagnie des auteurs", animée par Matthieu Garrigou-Lagrange.

UE, France : pourquoi combattre ? Avec Pierre-Yves Rougeyron sur TV Libertés.


(0)
108 Vues
0 commentaire
05.2019

Dans le monde politique, la souveraineté continue de faire débat. Nationale, européenne, de gauche, de droite, elle est désormais invoquée par la plupart des partis de l'opposition et souvent au cœur de désaccords au sein des partis eux-mêmes.
Cette émission est l'occasion de faire le point sur ce concept, en compagnie de Pierre-Yves Rougeyron, président du Cercle Aristote et directeur de la publication de la revue Perspectives Libres.
C'est en revenant sur la publicaton récente de Pourquoi combattre ? (Perspectives Libres, 2019), un ouvrage dense et ambitieux qui réunit plus de 70 contributeurs, que le concept de souveraineté est présenté, dans l'optique du rétablissement de la grandeur de la France.

Émission "Le samedi politique", animée par Elise Blaise.

Prophète de l'apocalypse ? Avec Philippe Bihouix sur ThinkerView.


(0)
141 Vues
0 commentaire
14.05.2019

Pendant des siècles, les chantres du progrès par la technique et la science appliquée ont promis à l'humanité le bonheur pour demain, ou au plus tard après-demain. L'emballement numérique, la perspective de technologies "révolutionnaires" ou "disruptives", les limites sans cesse repoussées, les annonces tonitruantes de milliardaires high-tech ont redonné un nouveau souffle aux promesses d'un monde technologique meilleur, d'abondance et de bonheur pour tous, de l'immortalité à la conquête spatiale, en passant par les énergies "propres" et la capacité à "réparer" une planète bien fatiguée.
Non content de tailler en pièces ce "technosolutionnisme" béat, du passé comme du présent, ignorant les contraintes du monde physique et de ses ressources limitées, Philippe Bihouix questionne aussi les espoirs de changement par de nouveaux modèles économiques plus "circulaires" ou le pouvoir des petits gestes et des "consomm'acteurs", face aux forces en présence et à l'inertie du système.
Une fois balayées les promesses mystificatrices ou simplement naïves, rien n'empêche de rêver, mais les pieds sur terre : nous pouvons mettre en œuvre, dès maintenant et à toutes les échelles, une foule de mesures salutaires. Et si, finalement, le bonheur était bien pour demain ?