Culture et savoirs : la responsabilité de transmettre. Avec George Steiner à la Cité de la Réussite.


(0)
74 Vues
0 commentaire
21.10.2006

Notre cupidité, notre soif de massacre paraît sans fin. La puanteur de l’argent infecte nos vies.
Mais quand nous produisons un sonnet de Shakespeare, composons une messe en Si mineur, ou bataillons, au fil des siècles, aux prises avec la conjecture de Goldbach ou le problème des trois corps, nous nous transcendons.
Alors, en vérité, il n’est point de "plus grand prodige que l’homme".
À l'heure de l'éclatement des références culturelles, des ruptures entre les générations, nous reste-t-il la capacité de transmettre ces trésors et, plus que tout, le goût de l'effort nécessaire à leur appropriation ?

Génération Treillis : la jeunesse et son armée. Avec Véronique Bouzou au Cercle Aristote.


(0)
50 Vues
0 commentaire
11.09.2017

Attentats, délinquance, sentiment d’insécurité : jamais la demande d’autorité n’a été aussi forte ! L’armée est même devenue tendance : des généraux prennent la plume, les campagnes de recrutement de la grande muette font carton plein et tous les politiques prônent dans leur programme respectif la restauration du service militaire quand ce n’est pas du port de l’uniforme à l’école.
Et pour cause : l’armée constitue aujourd’hui le rempart le plus efficace pour sauver une jeunesse en perdition guettée par le chômage, menacée de décérébration et pire encore, tentée par l’aventure mortifère djihadiste. Apprendre aux enfants, adolescents et jeunes adultes à obéir pour faire d’eux des citoyens éclairés et épris de liberté. Voilà ce que l’armée, employée à bon escient et de façon transitoire, pourrait offrir à notre jeunesse... Aux grands maux les grands remèdes !
Encore faudrait-il octroyer à nos militaires la possibilité et les moyens d’opérer sur des terrains dépassant largement le champ de leurs interventions traditionnelles. L’ordre de mission assigné à l’armée ne profiterait pas seulement à la jeunesse, mais également à tous les Français : lutte contre l’insécurité, relance économique, renforcement de la cohésion nationale et réaffirmation de la place de la France en Europe et dans le monde. Le moment est venu de s’engager...

Petit cours d'autodéfense intellectuelle. Avec Normand Baillargeon à la Librairie Tropiques.


(0)
505 Vues
0 commentaire
04.03.2011

Normand Baillargeon défend, avec une conviction toute libertaire, le scepticisme éclairé et les philosophies analytique et critique à l'appui des outils efficaces qu'il a publié ou auxquels il a contribué.
Une leçon d'émancipation intellectuelle.

Le numérique, quelles conséquences pour l’école ? Avec Michel Desmurget pour les Alternatives Catholiques à Lyon.


(0)
59 Vues
0 commentaire
14.12.2016

Existe-t-il une nouvelle école numérique qui se distingue réellement de l' "école d'avant", celle qu'incarne le maître et l'apprentissage des savoirs fondamentaux ?
A bien y réfléchir, la réponse ne va pas de soi. Il n'est pas certain que ce que l'on appelle banalement l' "école numérique" soit autre chose que du bricolage, car "l'entrée de l'école dans le monde numérique" semble surtout... impensée.
Michel Desmurget ne se contente pas de questionner notre époque, il cherche à éclairer "l'avenir numérique" de l'école et ses conséquences concrètes sur les processus d'apprentissages de nos chères têtes blondes, confrontées de plus en plus tôt et de plus en plus longtemps au monde envoûtant des écrans.

Que nous apprend Hannah Arendt ? Avec Bérénice Levet et Alain Finkielkraut pour la Règle du jeu.


(0)
65 Vues
0 commentaire
17.06.2012

Hannah Arendt était philosophe politique, élève de Heidegger et l'une des chefs de file de la réflexion politologique aux États-Unis, son pays d’adoption quand elle eut quitté l'Allemagne.
Ce séminaire introduit à la pensée et à la vie de cette femme exceptionnelle et, en même temps, controversée sur un certain nombre de points.

Le bonheur en Suisse. Avec François Garçon pour l'ALEPS à Paris.


(0)
48 Vues
0 commentaire
20.04.2016

La Suisse est le pays le plus heureux du monde. C'est une étude internationale qui l'affirme. Les critères retenus ? L'emploi, le logement, la santé, la richesse, l'environnement, la sécurité...
Pourtant, la patrie de Rousseau reflète une image assez négative : corruption, évasion fiscale, islamophobie... Face à ce paradoxe, quels sont les secrets du bonheur suisse ?
La Suisse n'est pas seulement un îlot où cohabitent banquiers et gruyères sur fond d'alpages enneigés. Au coeur du miracle helvète ? Les votations. Composé de 26 cantons, qui sont autant d'États souverains, c'est le seul pays où, quatre fois par an, le peuple initie des lois et en surveille l'application : de l'immigration à la religion, de l'énergie à la fiscalité, de la protection des animaux aux bruits des avions ! Unique en son genre, cette démocratie participative suscite la curiosité des démocrates et des républicains du monde entier. Ses résultats sont en effet incroyables : un chômage quasi inexistant, une compétitivité à toute épreuve et le système de formation le plus performant sur le continent.
Les Suisses sont-ils alors xénophobes ? Non, car 24% de la population résidente y est étrangère.
François Garçon pose alors un franc diagnostic : affaiblie par une crise dont elle ne parvient pas à sortir, il est temps que l'Europe arrête de mépriser la Suisse pour enfin s'en inspirer.

L'école selon la conception française : analyse des vices originels d'un échec prévisible. Avec Yves Morel chez David Mascré sur Radio Courtoisie.


(0)
187 Vues
0 commentaire
17.02.2012

La crise de l'Education Nationale révèle aujourd'hui les limites de l'organisation par l'Etat républicain des écoles, collèges, lycées et universités.
Mais cette crise est-elle le fruit d'une infidélité à l'esprit des pères fondateurs du système scolaire français, ou l'aboutissement de principes idéologiques et politiques surgis après la destruction en France de l'enseignement traditionnel confessionnel et décentralisé ? La formation des maîtres, l'établissement des programmes et des méthodes pédagogiques ne sont-ils pas confisqués par les tenants syndicaux d'une nomenclature savamment cooptée ?
L'abrutissement des nouvelles générations, le développement de l'illettrisme, l'échec scolaire et l'inaptitude du système à préparer à la vie professionnelle le doivent-ils aux principes de l'Ecole mixte laïque, gratuite et obligatoire qui régissent l'instruction publique, en particulier depuis Jules Ferry ?

Emission du "Libre Journal des sciences", animée par David Mascré.

L'Histoire, un champ de bataille. Avec Stéphane Blanchonnet et Jean-Pierre Maugendre pour la Ligue du Sud à Orange.


(1)
180 Vues
0 commentaire
24.09.2016

Depuis 1793 et l'exécution du roi Louis XVI par la République, la France n'a plus de figure vivante pour incarner de façon évidente la continuité de l'histoire nationale.
Certains historiens ont remplacé le roi par un roman, glorieux hier et finalement repentant aujourd'hui.
C'est de cette substitution et de son évolution, mais aussi des récits qui l’ont précédée avant la Révolution que nous parle Stéphane Blanchonnet.
Avec un regard davantage porté sur le contedu des programmes scolaires depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, Jean-Pierre Maugendre s'emploie à comprendre les  usages de l'enseignement de l'histoire en fonction des nécessités du moment.
Deux approches complémentaires qui doivent nous permettre de nous réapproprier la capacité de dire qui nous sommes.

Une intervention au forum de l'Union des droites, avec pour thématique générale : "La reconquête de notre identité en question".