Traduire, penser. Avec Jean Francois Billeter sur la RTS.


(0)
83 Vues
0 commentaire
15.09.2014

Sinologue et traducteur, Jean François Billeter rend d'abord hommage à la pensée et à l’écriture d'un esprit des Lumières quelque peu oublié : Lichtenberg.
Dans un second temps, il aborde l'épineuse question de la traduction du chinois au français dans trois essais rassemblés aux éditions Allia.

Émission "Entre les lignes", animée par David Collin.

La propagande au service de la guerre et d'une économie détraquée. Avec Olivier Berruyer pour Elucid.


(0)
139 Vues
0 commentaire
05.2024

Actuaire et statisticien de métier, Olivier Berruyer contribue à mener un réel travail de contre-propagande après la crise de 2008 via ses analyses économiques sur son blog dès 2011. Après des années à analyser les propagandes en tout genre, il fonde le média indépendant Élucid.
L'occasion de dresser un large panorama des manipulations médiatiques, politiques et économiques qui déforment l'actualité quotidiennement, et poussent les citoyens à consentir à des absurdités dangereuses.

Quand commence le capitalisme, de la société féodale au monde de l'économie. Avec Jérôme Baschet pour Crise & Critique.


(0)
136 Vues
0 commentaire
11.05.2024

Quelles sont les origines du capitalisme ? L'interrogation paraît simple et pourtant il n'existe aucun consensus parmi les historiens. Certains estiment sa genèse à deux siècles, d'autres à cinq ou huit siècles, voire à plusieurs millénaires. Il n'existe pas davantage d'accord sur la nature des facteurs à prendre en compte, ni, plus surprenant encore, sur la définition même du capitalisme.
En adoptant un critère rigoureux pour distinguer le capitalisme des simples pratiques commerciales et monétaires, l'historien Jérôme Baschet remet en question bien des modèles historiques classiques et explore la complexité des forces à l'œuvre dans la transition du féodalisme au capitalisme. Il interroge les dynamiques internes de la société médiévale, soulignant les spécificités de la trajectoire européenne tout en récusant les biais eurocentriques.
Défendant une perspective discontinuiste, il souligne que cette transition représente une rupture radicale dans l'histoire humaine et planétaire, dont la portée se révèle pleinement dans le contexte actuel de crise climatique et écologique.
Sur les trois questions considérées - quand ? comment ? quoi ? -, Jérôme Baschet s'emploie à clarifier les termes des débats à mener, offrant ainsi une réflexion approfondie sur la formation historique du capitalisme, un monde caractérisé par l'autonomisation de l'économie et l'affirmation d'une logique d'illimitation, dont il nous est donné aujourd'hui d'éprouver les conséquences.

En finir avec le concept de totalitarisme. Avec Sophie Wahnich et Johann Chapoutot pour Le Vent Se Lève.


(0)
115 Vues
0 commentaire
26.04.2024

Trois décennies après la fin de la Guerre froide, la popularité du concept de totalitarisme n’a pas faibli. Au cœur des programmes scolaires, et fréquemment employée dans le débat public, la notion est pourtant ignorée voire rejetée par une grande partie des historiens actuels. Ils reprochent au "totalitarisme" d'être une abstraction ne décrivant que superficiellement le nazisme, le stalinisme ou la Révolution française – dont une historiographie très diffusée en a fait la matrice du totalitarisme.
Comment alors comprendre l'omniprésence d'un concept faisant ombre à des clés de compréhension historique plus pertinentes ? L'histoire du terme de totalitarisme nous apprend qu'il est une catégorie plus polémique que scientifique. S'il s'agissait pendant la Guerre froide d'assimiler l'adversaire soviétique au nazisme, c'est-à-dire au dernier degré du mal, le "totalitarisme" sert désormais à disqualifier tout projet ambitieux d'émancipation collective. En expliquant avant tout les crimes des régimes totalitaires par la volonté de transformer le monde d'après un idéal, le concept de totalitarisme insuffle dans la société l'idée insidieuse qu' "il n'y a pas d'alternative" puisque toute alternative à notre monde au nom de l'égalité contiendrait la potentialité d'un crime de masse.
Pour discuter de ces enjeux, Le Vent Se Lève recevait à la Sorbonne le 26 avril dernier, deux spécialistes de la question : Johann Chapoutot, historien spécialiste du nazisme ayant mis en évidence certains traits contre-intuitifs du IIIe Reich :  sa « normalité » dans l’Occident du début du XXe siècle, sa « rationalité », ainsi que  son caractère anti-étatiste. Ce dernier trait infirme la vision d’un nazisme « totalitaire », compris comme voulant instaurer la suprématie d’un État tout-puissant sur tous les aspects de la vie.
Sophie Wahnich, historienne de la Révolution française. À rebours des analyses faisant de l’épisode de la Terreur la « matrice des totalitarismes », Sophie Wahnich s’intéresse à la violence politique révolutionnaire, non pour la vilipender mais pour l’analyser et la comprendre. Elle souligne la dimension rituelle – destinée à satisfaire un besoin de vengeance populaire par le spectacle – , sacrificielle et paradoxalement émancipatrice – la liberté se fondant sur le sang des aristocrates – de la violence révolutionnaire, elle aussi, irréductible à un quelconque « projet totalitaire ».

Ukraine, Gaza : l'heure de vérité approche. Avec Alain de Benoist sur TV Libertés.


(0)
192 Vues
0 commentaire
05.2024

Alors que Moscou envisage des essais nucléaires à la suite du refus d'Emmanuel Macron d’exclure un envoi de troupes en Ukraine, et que l’Etat hébreu menace de lancer son offensive à Rafah, les dirigeants occidentaux semblent de plus en plus confrontés à leurs impasses stratégiques. En cause : leur incapacité à penser la guerre.  

Émission "Chocs du monde", animée par Edouard Chanot.

La bourgeoisie culturelle, de l'âge d'or au repli identitaire. Avec Elie Gueraut au Café Marcel.


(0)
129 Vues
0 commentaire
12.2023

La petite bourgeoisie culturelle s'est fabriqué un destin collectif partagé entre des membres des classes populaires en ascension, grâce à l'école, et une fraction de la bourgeoisie en rupture avec le capital économique.
Le socialisme municipal des années 1970-1980 a libéré les initiatives locales, la vie associative, les pratiques artistiques ou sportives.
Elie Gueraut, sociologue, nous présente l'enquête qu'il a menée et qui montre comment cette effervescence collective retombe aujourd'hui faute de moyens et de soutiens politiques, participant au déclin des petites villes françaises.

Collaborer ou mourir : la France n'a plus le choix. Avec Laurent Ozon pour Géopolitique profonde.


(0)
206 Vues
0 commentaire
04.05.2024

Face à une convergence de crises écologiques, géopolitiques et culturelles, Laurent Ozon présente une analyse puissante de la nécessité impérieuse pour la France de repenser ses stratégies de coopération et de survie, en misant sur l'écologie profonde et le localisme. C'est à partir de ses diverses expériences en tant que pompier militaire, entrepreneur et penseur écologique qu'il dénonce les méthodes de gestion politique exacerbant le stress sociétal, éloignant l'humanité de ses racines naturelles et de sa capacité à innover de manière organique.
Partant d'une critique de l'uniformisation culturelle provoquée par des siècles de centralisation et de politiques d'assimilation, Laurent Ozon explique que face à la globalisation et à ses impacts homogénéisants, la sauvegarde des cultures locales devient un acte de résistance essentiel.
Un entretien crucial pour ceux qui cherchent à comprendre les enjeux de notre époque et à participer activement à la redéfinition de notre futur collectif.

- 0'00'00 : Introduction
- 0'01'01 : Critique de la politique actuelle
- 0'13'16 : Le stress vital et l'adaptation humaine
- 0'21'52 : L'homme augmenté et la technique
- 0'22'37 : La dépendance humaine aux prothèses
- 0'26'01 : Débats sur l'accélération technologique
- 0'32'00 : L'importance de l'intuition et de la culture
- 0'39'01 : Civilisation des Lumières et culture
- 0'44'10 : La collaboration face aux défis
- 0'45'02 : L'histoire de la nation française
- 0'47'30 : La destruction de la diversité culturelle
- 0'54'01 : Les enjeux actuels de la France et de l'Europe
- 1'05'56 : La coopération vs la nuisance réciproque
- 1'07'00 : Rôle de la culture et de l'histoire
- 1'10'02 : Localisme et responsabilité sociale
- 1'15'01 : Conservation et apprentissage du passé
- 1'18'18 : Économie et fiscalité
- 1'23'00 : Immigration et coopération sociale
- 1'27'33 : Coopération et civisme
- 1'30'05 : Remigration et développement
- 1'36'01 : Défis démographiques
- 1'39'43 : La guerre et ses conséquences
- 1'49'00 : Critique des élites
- 1'50'00 : Impact de l'immigration
- 1'51'14 : Conflit de civilisations
- 1'53'00 : Vision politique

Une émission menée par Nicolas Stoquer.

Kharkov : la dernière défaite russe en Ukraine. Avec Jean Lopez pour l'IRSEM.


(0)
127 Vues
0 commentaire
01.02.2022

Que s'est-il passé en mai 1942 dans la steppe autour de Kharkov, en Ukraine ? L'Armée rouge a lancé une offensive qui s'est conclu pour elle par un énorme désastre. Les Allemands étaient une fois de plus les plus forts ! Mais les leçons seront tirées et ce sera le dernier désastre des troupes de Staline...

 - 0'02'30 : La collection "Champs de bataille" et l'approche d'une histoire militaire par la bataille
 - 0'07'30 : Barbarossa et la situation en 1942
 - 0'12'30 : L'importance stratégique de Kharkov
 - 0'18'00 : Les forces soviétiques et nazies à la veille de Kharkov
 - 0'35'45 : Des cultures tactiques et stratégiques différentes
 - 0'45'00 : Le projet d'attaque soviétique et son échec
 - 1'02'30 : Le désastre vu de l'intérieur
 - 1'10'00 : L'heure du bilan
 - 1'20'00 : La mémoire de la bataille

Émission "Le Collimateur", animée par Alexandre Jubelin.

La naissance des universités. Avec Jacques Verger sur Radio Courtoisie.


(0)
81 Vues
0 commentaire
11.11.2022

Les universités, institutions autonomes d'enseignement supérieur, sont une des créations les plus originales de la civilisation médiévale occidentale. On ne leur trouve guère d'équivalents ni dans l'Antiquité ni dans les mondes extra-européens.
Elles ont joué un rôle capital dans l'élaboration de notre culture savante en même temps que dans la formation des élites politiques qui ont façonné l'État moderne. Elles ont permis la reconnaissance sociale des compétences intellectuelles et la promotion des gens de savoir et leur contrôle est rapidement devenu un enjeu politique que se sont disputé l'Église et l'État.
L'histoire des universités permet de mieux comprendre une partie de notre héritage intellectuel et du fonctionnement de nos sociétés, ainsi que la circulation des modèles culturels et des savoirs.

Émission du "Libre journal des sciences et des techniques", animée par Paul Deheuvel.Émission du "Libre journal des sciences et des techniques", animée par Paul Deheuvel.

Renouer avec la critique de la propriété. Avec Pierre Cretois pour l'Université Populaire de Bordeaux.


(0)
62 Vues
0 commentaire
02.02.2023

De la critique marxienne de la propriété, fidèles en cela au Manifeste du Parti Communiste, les luttes ont surtout retenu la mise en cause de la grande propriété, de la propriété capitaliste et des moyens de production avec toutes les inégalités et les dominations qu'elles véhiculent. Mais on peut avoir tendance à tenir éloigné de tout reproche la petite propriété individuelle, fruit du labeur. Le partage des richesses signifiant alors non pas remise en cause de la propriété privée, mais meilleur partage de celle-ci.
Pourtant, ne pourrait-on pas renouer avec ce qui, dans la critique marxienne, s'attaquait au concept même de propriété (dans les Manuscrits de 1844 en particulier) ? Ne serait-ce pas la propriété privée que les périodes moderne et contemporaine ont vu naître qui représente un concept intrinsèquement problématique ?
Pour faire face aux défis écologiques, à la nécessité du partage de ressources de plus en plus rares et de l'inclusion de l'ensemble des droits et contraintes qui doivent être pris en compte dans l'usage d'un monde plus que jamais commun, ne conviendrait-il pas de reprendre, à nouveaux frais, la critique de la propriété privée ?

L'histoire environnementale de Jared Diamond. Avec Laurent Testot pour le Café Collapse à Grenoble.


(0)
79 Vues
0 commentaire
24.05.2022

Journaliste scientifique et essayiste spécialiste de l'approche historique globale, et plus spécialement de l'interaction de l'homme avec la planète sur le temps long, Laurent Testot nous présente ici l'oeuvre de Jared Diamond, historien pionnier des questions d'effondrement et expert en histoire environnementale.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'01'44 : Qui est Diamond ?
 - 0'06'35 : Qu'est-ce que "l'histoire globale" ?
 - 0'17'19 : Quelles méthodes pour l'histoire globale ?
 - 0'20'11 : Le début de l'aventure de Diamond
 - 0'24'24 : Diamond et la collapsolgie
 - 0'26'01 : Histoire globale vs. universelle vs. totale
 - 0'28'33 : Types d'histoire environnementale
Cas d'effondrement :
 - 0'32'08 : Ile de Pâques
 - 0'38'42 : Ile(s) Pitcairn
 - 0'42'08 : Anasazis
 - 0'43'49 : Mayas
 - 0'48'00 : Vikings
 - 0'55'17 : Tikopia [évité]
 - 0'56'52 : Papouasie [évité]
 - 0'57'37 : Japon [évité]
 - 1'00'22 : Rwanda [actuel]
 - 1'00'52 : Haïti/St Domingue
 - 1'01'50 : Chine [actuel]
 - 1'02'08 : Montana [actuel]
 - 1'02'25 : Nouveaux travaux de Diamond et ouvertures
Echanges avec le public :
 - 1'05'10 : Diamond vs. Tainter vs. Crosby
 - 1'10'38 : Petites îles vs. sociétés globalisées
 - 1'12'25 : Harmonie et résilience sociétale ?
 - 1'13'40 : Quels récits pour une régulation de la société ? - 1'13'40 : Quels récits pour une régulation de la société ?

De quoi le wokisme est-il le nom ? Avec Nathalie Heinich et Romuald Sciora à la Librairie Tropiques.


(0)
85 Vues
0 commentaire
17.01.2024

Théorie du genre, privilège blanc, intersectionnalité, écriture inclusive, cancel culture… Tous ces concepts et expressions sont régulièrement mis dans le même sac, voire moqués et caricaturés.
Mais concrètement, qu'est-ce que le wokisme ? Pour certains, rien moins qu'une censure, une idéologie (proto)totalitaire comparable aux pires dérives intellectuelles du XXe siècle. Pour les autres, c'est le devoir d'ouvrir les yeux sur les enjeux du racisme, du genre, du féminisme et de la question post-coloniale.
L'occasion était toute trouvée de débattre du sujet en compagnie de Nathalie Heinich et Romuald Sciora, en évitant les caricatures et l'hystérisation du débat.