Décarboner l'Europe. Avec Jean-Marc Jancovici pour le podcast Atterrissage.


(0)
10 Vues
0 commentaire
05.2018

C'est en compagnie de Jean-Marc Jancovici, président du think-tank The Shift Project, qu'est abordée la question -fondamentale pour notre avenir- des entraves à la sortie d'une économie européenne basée sur les énergies fossiles.

Sommaire :
 - 0'02'12 : quel bilan pour sa campagne de lobbying Decarbonize Europe pendant l’élection présidentielle de 2017 ?
 - 0'13'53 : les victoires au niveau des décideurs économiques
 - 0'17'21 : quel feedback des décideurs politiques sur le charbon ou la rénovation des bâtiments ?
 - 0'21'13 : les verrous à la rénovation des bâtiments
 - 0'28'18 : rénover les bâtiments (sans réduire leur superficie), remplacer le charbon (sans réduire la quantité d'électricité) ne crée-t-il pas des effets rebond ?
 - 0'36'22 : les différents types d'économie d'énergie
 - 0'42'30 : l'efficacité énergétique est-elle une bonne politique pour résoudre les problèmes du climat ?
 - 0'53'39 : pourquoi c'est compliqué de décarboner en faisant croître le PIB
 - 1'02'43 : accepter la décroissance du PIB est-elle alors un pré-requis pour décarboner notre économie ?
 - 1'08'49 : comment articuler la question du carbone avec les problèmes concrets des gens

Une émission animée par Damien Detcherry.

Biomimétisme : le vivant comme modèle de société. Avec Gauthier Chapelle à l'Université Ouverte de Cergy-Pontoise.


(0)
24 Vues
0 commentaire
22.03.2018

Du biomimétisme ont surgi une éolienne à nageoire de baleine, un train martin-pêcheur ou encore des fibres de verre inspirées des éponges.
Gauthier Chapelle, naturaliste, biologiste-entrepreneur, antarcticien, interroge les 3,8 milliards d'années d'évolution du vivant, d'où ont émergé des technologies de pointe permettant aux organismes de prospérer et cohabiter sur Terre.
Pourrons-nous nous contenter de ces propositions pour inventer la transition vers une société sans pétrole compatible avec la biosphère ? Les autres espèces, qu'elles soient bactéries, arbres ou champignons, nous font aussi des propositions pour nos modes d'organisation, et encouragent ainsi notre perception d’interdépendance avec le reste de la planète. Elles nous montrent en particulier que les symbioses et les coopérations sont la clé du dynamisme et de la résilience des écosystèmes de la planète, et nous invitent à de nouvelles alliances, pour nous en inspirer comme pour nous nourrir...

Une histoire politique du CO2. Avec Jean-Baptiste Fressoz au Théâtre Nanterre-Amandiers.


(0)
31 Vues
0 commentaire
29.05.2015

Si tout le monde a en tête la courbe croissante des émissions de CO2 depuis deux siècles, on n'en a curieusement pas d'histoire. Quels sont les grands processus historiques qu'il faut prioritairement mettre en relation avec cette courbe ? Quels sont les institutions, les pouvoirs, les imaginaires et les intérêts qui nous ont véritablement placés sur le chemin de l’abîme climatique ?
La recherche de Jean-Baptiste Fressoz porte sur les racines sociales, économiques et politiques des problèmes écologiques auxquels nous devons faire face aujourd’hui. "Il s'agit de déplacer notre regard de l'analyse scientifique des milieux naturels atteints, vers les acteurs, les institutions et les décisions qui ont produit ces atteintes." Cela signifie que les atteintes portées au système Terre par l'être humain, ce que l'on nomme aujourd'hui Anthropocène, sont le résultat de choix et non pas d'une quelconque fatalité pour comprendre la situation actuelle et rendre possible de nouvelles trajectoires pour le futur.

Une conférence qui s'inscrit dans le programme du week-end "Make it work".

Ecologie et effondrement : de l'impasse politique à la collapsologie ? Avec Fabien Niezgoda pour Le club du Mercredi à Nancy.


(0)
89 Vues
0 commentaire
21.11.2019

Alors que constatons les dérèglements climatiques, la destruction de la biodiversité, la raréfaction des ressources énergétique et l'augmentation toujours plus importante de la population humains et de ses besoins, les thèses de l'effondrement civilisationnel sont de plus en plus audibles, pour ne pas dire de plus en plus évidentes.
L'historien et essayiste Fabien Niezgoda fait le point en nous détaillant l'état de notre monde et ses évolutions possibles.
Face aux différents scénarios d'effondrement écologique, quelle est notre marge d'action (ou d'impuissance) politique ?
Une conférence importante pour aborder l'avenir avec lucidité, sinon avec sérénité !

La fin du monde par la science, genèse d'une angoisse. Avec Jean-Baptiste Fressoz sur France Culture.


(0)
69 Vues
0 commentaire
14.11.2015

La grande conférence internationale sur le climat, dite "COP21", qui s'est tenue à Paris en décembre 2015, a réuni 196 États. Elle visait au premier chef à obtenir un accord universel et, si possible, juridiquement contraignant sur les émissions de gaz à effet de serre, avec le but de maintenir le réchauffement climatique au XIXe siècle en dessous de deux degrés Celsius. Or il se trouve qu'à lire beaucoup des articles qui nous arrivèrent en déferlante à cette occasion, l'historien ne peut qu'être sensible à une certaine myopie rétrospective de bien des commentateurs.
Beaucoup paraissaient croire en effet que l'angoisse que suscite, fort légitimement, l'emprise délétère des humains sur la planète serait toute récente, exprimée et portée par l'écologie politique contemporaine. Rien n'est plus faux en réalité et cette émission va s'attacher à le démontrer.
Jean-Baptiste Fressoz, historien et chercheur au CNRS, nous a fourni de précieux travaux sur la prise de conscience, progressive ou à éclipses, depuis le XIXe siècle, des risques multiples engendrés par les progrès de la science et par la révolution industrielle. Risques concernant directement la santé des hommes et des femmes dans la longue durée mais aussi, déjà, le changement climatique engendré, pour la première fois dans l'Histoire de la Terre, par les comportements débridés de l’industrie humaine, par ses élans, par son énergie et par ses aveuglements.

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

La nature est un champ de bataille. Avec Guillaume Deloison et Armel Campagne sur Radio Libertaire.


(0)
122 Vues
0 commentaire
09.2018

Cet échange rievient sur l'un des aspects les plus novateurs du travail de Razmig Keucheyan dans son livre La nature est un champ de bataille, à savoir le concept de racisme environnemental qui entend souligner les liens existants entre la problématique environnementale et la question du racisme.
L'un des aspects de ce livre consiste à montrer que la nature n'est pas quelque chose de parfaitement séparé de l'homme mais au contraire un lieu de vie riche de rapports sociaux et donc politisé : nous ne sommes pas tous égaux face à la crise écologique !
Sont abordés également les réactions potentielles du capitalisme face à cette crise, comme la valorisation marchande des déchets.
Enfin, est critiqué une certaine approche réactionnaire de notre rapport aux besoins et inspirée de Heidegger, régulièrement présente dans les mouvements écologique.

La guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique. Avec Guillaume Pitron sur RFI.


(0)
123 Vues
0 commentaire
13.01.2018

Les énergies renouvelables vont-elles nous plonger dans une nouvelle dépendance aux métaux rares ? Causer des dégâts environnementaux plus graves que les énergies fossiles ? C'est en tout cas ce que prétend Guillaume Pitron dans son ouvrage La guerre des métaux rares. Dans ce livre coup de poing, l'auteur nous montre comment l'essor des énergies renouvelables et du véhicule électrique nous mène à des désordres écologiques plus graves que ceux entrainés par l'exploitation du pétrole, du gaz et du charbon.
Il est alors nécessaire de prendre le temps d'étudier ce problème de près et d'en comprendre les implications écologiques, techniques et géopolitiques.

Modes de vie et écologie : les limites du libéralisme politique. Avec Mark Hunyadi à l'Université catholique de Louvain.


(0)
70 Vues
0 commentaire
01.12.2015

Dans cet exposé, le philosophe Mark Hunyadi nous parle de la tyrannie des modes de vie et du paradoxe moral qu'ils engendrent. Mais ce paradoxe : quel est-il ?
La prolifération des comités d’éthique en tout genre laisse impensée l'imposition de fait d'une série d'options (tehcnologiques et marchande) qui conditionnent nos modes de vie. La pluralité des "styles de vie" se développe sur la toile de fond de "modes de vie" qui s'imposent de facto.
Le modèle du libéralisme politique montre, à cet égard ses limites : notre éthique ne sert plus à critiquer le système ni les modes de vie, mais à les accompagner dans leur marche triomphale.

Une conférence organisée par le "Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur la Crise Ecologique".