La fin du storytelling. Avec Christian Salmon et Samuel Gontier sur France Culture.


(0)
78 Vues
0 commentaire
16.02.2019

Il suffirait pour saisir ce dont il est ici question de placer côte à côte n'importe quel tweet de l'actuel président des Etats-Unis, Donald Trump, et n'importe quel tweet de son prédécesseur, Barack Obama. Facile mais efficace, cette apposition résumerait, à la mode spectaculaire d'aujourd'hui, l'évolution rapide de certains types d'intervention dans l'espace public.
C'est ce passage du storytelling, qu'il avait documenté très tôt, au clash que s'efforce d'analyser Christian Salmon dans son dernier essai, L'ère du clash.

Émission "La Suite dans les idées", animée par Sylvain Bourmeau.

Enquête sur l'Apocalypse. Avec Claude Tresmontant sur Radio Courtoisie.


(0)
74 Vues
0 commentaire
08.1994

L'Apocalypse est un livre très obscur pour nous aujourd'hui, comme il l'était déjà devenu pour Denys, évêque d'Alexandrie vers la fin du IIIe siècle, selon lequel "plusieurs qui vivaient avant lui ont rejeté l'Apocalypse parce qu'ils estimaient que le livre est incompréhensible, qu'il n'est pas une révélation et qu'il est recouvert d'un voile épais qui en rend le contenu inintelligible ".
Claude Tresmontant a travaillé pendant plus de vingt ans sur les correspondances entre l'hébreu de la Bible hébraïque et le grec de la Septante. Il a démontré ainsi l'origine hébraïque des Evangiles et de l'Apocalypse et la date, très proche des événements, de leur composition. Il en a donné une traduction entièrement renouvelée.
Pour lui, si l'Apocalypse est un texte obscur, c'est parce qu'il a été écrit dans un langage chiffré, en pleine terreur, au cours des années 50, quand la petite communauté chrétienne naissante était persécutée à mort par la dynastie des Hérode et par les hautes autorités sacerdotales de Jérusalem.
L'auteur de l'Apocalypse, qui s'appelait lohannan, fait allusion constamment à des événements - aujourd'hui complètement oubliés - mais bien connus des frères et soeurs des communautés judéennes auxquelles il s'adresse. Il connaît les Saintes Ecritures hébraïques par coeur et procède par allusions dans un langage parfaitement clair pour ses destinataires. La destruction, en 70, de Jérusalem, berceau du christianisme, explique que, très vite, ce texte soit devenu incompréhensible.
Pour nous permettre de retrouver le sens de ces oracles de l'Apocalypse, Claude Tresmontant met sous nos yeux les textes d'un historien contemporain des événements, Josèphe, surnommé Flavius, et de Philon d'Alexandrie. Il traduit les textes de la Sainte Ecriture qui permettent de comprendre le langage de lohannan et il dégage les allusions aux faits et aux événements contemporains ou récents.
lohannan, l'auteur de l'Apocalypse, était lui-même kohen, prêtre du Temple de Jérusalem. Il a été kohen gadôl, grand prêtre, en 36-37. C'est le même lohannan qui a fourni le dossier de notes, dont nous avons la traduction en langue grecque : l'Evangile de Jean. Il annonce, dans les années 50, c'est-à-dire quelque vingt ans à l'avance, la prise et la destruction de Jérusalem, qui aura bien lieu en 70, et demande aux frères et aux soeurs de la petite communauté chrétienne de Jérusalem de se sauver avant qu'il ne soit trop tard. Ce qu'elle fit avant l'année 66, commencement de la grande guerre entre les Judéens et les Romains. Jean-lohannan annonce la naissance de la nouvelle Jérusalem, qui est la Communauté (l'Eglise) elle-même, l'Epousée, la Chérie, non pas faite de pierres, mais avec des êtres vivants. Il fait appel à une interprétation ésotérique du Cantique des Cantiques et du rouleau d'Esther, familiers à cette époque-là.
Philosophie de l'histoire qui annonce l'inéluctable destruction des empires, philosophie politique qui traite des rapports entre l'Eglise et l'Etat, l'Apocalypse est une prophétie déjà réalisée qui porte aussi sur l'avenir de la création.

Émission des "Mardis de la mémoire", animée par Pierre Chaunu.

Il faut une mobilisation générale. Avec Bernard Stiegler sur Quartier Général.


(0)
71 Vues
0 commentaire
11.07.2019

Le philosophe Bernard Stiegler, penseur des mutations civilisationnelles, revient sur l'atomisation de la politique française révélée par les dernières élections européennes.
Il évoque également les phénomènes de disruption technologique dans les médias, les dangers que font peser la Silicon Valley sur les libertés mondiales, l'urgence écologique ou encore le mouvement des Gilets jaunes.

Émission "Quartier Libre", animée par Aude Lancelin.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
126 Vues
0 commentaire
07.2019

Dans ce grand entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique et géopolitique de l'été 2019.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

PARTIE 1 : questions nationales
 - Les élections européennes
 - Marion Maréchal-Le Pen / Eric Zemmour
 - L'écologie politique
 - L'armée française et les officiers supérieurs
 - Le cas Vincent Lambert et l'euthanasie
 - La Réforme du bac
 - La PMA
 - La loi AVIA
 - Le foot féminin

PARTIE 2 : questions internationales
 - Nominations européennes
 - L'Allemagne / Le Brexit / L'Italie  / La Grèce
 - Trump 2020 ?
 - Libye / Mali
 - Les Aéroports de Paris
 - Les taux négatifs
 - Les miniboots italiens
 - La finance de l'ombre / Deutsche Bank
 - La chute de l'empire américain
 - Origine socialiste ou capitaliste de l'immigration ?
 - Hommage

Le franc CFA en questions. Avec Bernard Conte à Morcenx.


(0)
42 Vues
0 commentaire
09.12.2017

Malgré les évolutions historiques de la seconde moitié du XXe siècle, la France a réussi à maintenir un système économique directement issu de la période coloniale, le Franc CFA, devise officielle des huit États membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.
Offrant une certaine stabilité économique pour ses pays adhérents, cette monnaie de peut occulter l'existence de toute une série de contraintes. Et alors que depuis le 1er janvier 1999, le Franc CFA se trouve, à travers le Franc français, rattaché à l'Euro avec une parité fixe, les pays africains peuvent-ils envisager de réelles politiques de développement en restant dans ce carcan monétaire ?

Fascisme, capitalisme et classe ouvrière. Avec Charles Jacquier sur Radio Libertaire.


(0)
86 Vues
0 commentaire
2019

C'est à partir de l'analyse matérialiste de Daniel Guérin développée dans Fascisme et grand capital (Libertalia, 2013) qu'est proposée une théorie critique du fascisme italien et du nazisme allemand dans leurs caractéristiques communes et leurs rapports au grand capital et à la classe ouvrière.
Charles Jacquier, historien et éditeur du livre, revient sur ces liens complexes qui s'expliquent d'abord pour des motifs de crise des profits davantage que de menace révolutionnaire et nous rappelle quelle fut la réaction des partis de gauche et des syndicats face à la montée de ces périls politiques.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Le grand remplacement, réalite ou intox ? Avec Jean-Paul Gourévitch au Cercle Aristote.


(0)
105 Vues
0 commentaire
25.03.2019

La théorie du "Grand Remplacement" initiée par Renaud Camus en 2011, encensée par les uns, dénoncée par les autres, n'est que l'aboutissement d'un processus dont il n'est pas prouvé qu'il soit inéluctable.
Expert international de l'Afrique, des migrations et de l'islamisme radical, Jean-Paul Gourévitch interroge la réalité de la transformation quantitative et qualitative de la population française à partir des chiffres les plus récents. Il fait le point sur le solde naturel des naissances, le solde migratoire, l'importance et la structure de la communauté musulmane tout en rectifiant, au passage, des données souvent perverties par une désinformation militante.
Nous découvrons, en parallèle, l'ensemble des variables démographiques, climatiques et sociétales susceptibles de modeler l'évolution de la France pendant les trente prochaines années, avec les scénarios qui en découlent.
Puissons-nous tirer nos propres conclusions, à la lumière des analyses parfaitement documentées et sourcées que nous fournit Jean-Paul Gourévitch.

Survivre dans l'Anthropocène. Avec Serge Latouche et Jean-Baptiste Fressoz à la Sorbonne.


(0)
84 Vues
0 commentaire
15.11.2018

Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Le peu de visibilité médiatique de Serge Latouche et Jean-Baptiste Fressoz n'a d'égal que la pertinence de leurs travaux pour répondre aux grandes questions de notre époque : le dérèglement climatique, l'épuisement des ressources, la frustration et l'assèchement grandissants que nourrit notre système de société. Le premier est l’auteur de L'Âge des limites ou Petit traité de la décroissance, tandis que le second est co-auteur de L'Evénement Anthropocène et auteur de L'Apocalypse joyeuse.
Loin d'un fatalisme désabusé face aux défis vertigineux qui se présentent à nous, nous pouvons nous appuyer sur leurs constats lucides pour transformer notre société et, surtout, vivre mieux.

Une rencontre organisée par le journal "La Gazelle".

L'ombre d'octobre. Avec Christian Laval et Pierre Dardot pour Citéphilo à Lille.


(0)
51 Vues
0 commentaire
23.11.2018

Le mythe bolchevik est épuisé. Seuls de sinistres régimes et quelques sectes, accrochés aux emblèmes, rituels et formules desséchées, continuent aujourd'hui d'en faire une référence identitaire. A quoi bon alors en parler encore ?
Le refoulement de cette histoire risquerait de nous aveugler sur la persistance de pratiques directement héritées du bolchevisme : verticalisme ouvert ou occulte au profit d'un leader, culte de l'Etat-nation, obsession de la prise du pouvoir par l'insurrection, refus de la démocratie et de l'autonomie des formes d'auto-organisation, autant d'éléments qui forment ce qu'il faut appeler "l'ombre d'Octobre".
La prise du pouvoir par les bolcheviks a été une catastrophe pour le mouvement ouvrier et pour l'histoire même de l'émancipation. Elle doit être mieux comprise dans sa logique profonde. Du Parti souverain à l'Etat national, il y a en effet continuité : le bolchevisme a été la culmination fanatique et délirante de la doctrine occidentale de la souveraineté de l'Etat.
Tournant le dos à ce communisme d'Etat, une politique du commun s'invente aujourd'hui qui renoue avec d'autres expériences révolutionnaires et met en oeuvre le principe démocratique de l'autogouvernement.

Figures juridiques de la démocratie économique. Avec Alain Supiot au Collège de France.


(0)
101 Vues
0 commentaire
2017

Quels sont les liens étroits et anciens entre la face politique et la face économique de la démocratie ? Comment la démocratie pose-t-elle la règle de la répartition des richesses ? Comment le droit social peut-il être ancré dans une représentation partagée de la justice ? Quels sont les dispositifs qui ont pu exprimer l'idée de démocratie économique à l'âge industriel ? Et comment cette démocratie économique a-t-elle finalement reflué sous l'effet du tournant néolibéral ?
Après avoir montré les effets du recul du gouvernement par les lois et la résurgence de nouvelles figures de l'allégeance au sein de l'ordre juridique, le juriste Alain Supiot entend mener une réflexion sur le concept, l'histoire et la pratique de la démocratie économique entendue comme l'ancrage du droit social dans une représentation partagée de la justice.
Car le problème principal qui se pose aujourd'hui est de ré-encastrer (Karl Polanyi) les marchés dans la société et de cesser de réduire la vie humaine à la vie économique, et la vie économique à l'économie de marché...

Le Brexit. Avec Pierre Lévy au Cercle Aristote.


(0)
94 Vues
0 commentaire
29.04.2019

Alors que le Conseil européen a récemment décidé de reporter de six mois l'échéance de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le pays devrait théoriquement participer aux élections européennes de 2019. Et si le Brexit aura bien lieu, nul ne sait quelles en seront les conditions ni l'échéance.
Retour avec le journaliste et rédacteur en chef du mensuel Ruptures Pierre Lévy sur ce feuilleton politique d'apparence complexe, mais dont le fond est finalement assez simple...

Les conséquences des révolutions russes sur le mouvement ouvrier mondial. Avec Jean-Jacques Marie à Clermont-Ferrand.


(0)
97 Vues
0 commentaire
16.12.2017

Pour Lénine et tous les bolcheviks à l'époque, la révolution russe n'est qu'un maillon d'une révolution mondiale, plus exactement internationale, et pose donc la question d'une organisation internationale qui réponde à cette nécessité. Lorsque la révolution politique éclate en Allemagne et en Autriche en novembre 1918, il n'existe encore  aucune organisation indépendante de la social-démocratie, attachée au maintien -et donc à la défense- du système capitaliste.
La création de l'Internationale communiste proclamée en mars 1919 divise le mouvement ouvrier organisé en deux courants : la vieille social-démocratie attachée à la défense du système capitaliste et de son Etat et le mouvement communiste qui proclame comme but le renversement de la propriété privée des moyens de production.
Cette division se répercutera sur le mouvement syndical et débouchera ainsi dès 1921 sur la scission de la CGT à l'initiative des réformistes dirigés par Léon Jouhaux, rallié de la première heure d'août 1914 à la défense nationale, division jamais résorbée malgré des réunifications provisoires.

Une conférence prononcée dans le cadre du colloque d'histoire sociale "1917 : le mouvement ouvrier, la CGT, les révolutions russes", organisé par l'Institut d'Histoire Sociale CGT du Puy-de-Dôme.