Révolution ou bifurcation ? Avec Bernard Stiegler et Alain Damasio à la Librairie Charybde.


(0)
13 Vues
0 commentaire
17.10.2019

Pour la première fois, Bernard Stiegler et Alain Damasio se rencontrent. L'un est philosophe et l'autre est auteur de science-fiction et il semblait plus que judicieux de provoquer un échange entre ces deux esprit créatifs, réflexifs et humanistes de notre époque
Chacun nous aide à penser et à "panser" le monde en ouvrant des possibles, en appelant à se reconnecter au vivant, à utiliser les sciences et techniques à bon escient, à reconnaître l'altérité comme une force et à refuser la négation de nos libertés au profit d'un monde qui alors deviendrait fou.
Tous les deux ont en commun le fait de concevoir leur réflexion dans une forme d'action, tous deux sont engagés dans la préservation du vivant mais à partir de démarches d'invention et de création permanentes.
Le mouvement, la poésie et la philosophie sont ici les conditions de la liberté, elle-même condition de la poursuite de l'aventure humaine.

Critique et langue française. Avec Bruno de Cessole sur Radio Courtoisie.


(0)
8 Vues
0 commentaire
29.08.2011

Critique littéraire et écrivain, Bruno de Cessole a dirigé pendant 20 ans le service culturel de Valeurs Actuelles et, pendant cinq ans, La Revue des deux Mondes.
Il a publié plusieurs romans et des recueils de portraits d'écrivains comme Le Défilé des réfractaires (L’Éditeur, 2011).
C'est suite à la sortie de ce livre qu'il revient la langue dans la littérature, grande oubliée des productions contemporaines...

Émission "Français, mon beau souci", animée par Michel Mourlet.

La France, une Nation littéraire ? Avec Anne-Marie Thiesse et Régis Debray sur France Culture.


(0)
58 Vues
0 commentaire
27.09.2019

Que signifie aujourd'hui être écrivain national ? À la fois génie singulier et emblème d'une nation, il en viendrait à incarner une forme d'universalité.
La directrice de recherches au CNRS Anne-Marie Thiesse et le philosophe Régis Debray explorent la figure de l'écrivain dit national, en le replaçant dans un contexte plus vaste de construction des identités nationales (contexte européen, si ce n'est mondial). Ce parcours, au cours duquel un écrivain est promu comme "national" est jalonné d'une série de reconnaissances politiques et académiques qui vont de l'intégration au corpus scolaire à la panthéonisation.
Les deux intervenants dissèquent également les ambiguïtés de cette reconnaissance qui vire parfois à la consécration, au culte des écrivains, dans son sens le plus littéral.

Émission "La Grande table", animée par Olivia Gesbert.

A la Recherche du temps perdu. Avec Antoine Compagnon et Jean-Yves Tadié sur France Culture.


(0)
55 Vues
0 commentaire
23.01.1997

Dans une lettre à Louis d'Albufera, en mai 1908, bien avant de se mettre à la rédaction de son oeuvre somptueuse et unique dans la littérature française, A la recherche du temps perdu, une oeuvre, inachevée et posthume, de trois mille pages, Marcel Proust écrit : "J'ai en train : une étude sur la noblesse, un roman parisien, un essai sur Sainte-Beuve et Flaubert, un essai sur les femmes, un essai sur la Pédérastie (pas facile à publier) ; une étude sur les vitraux, une étude sur les pierres tombales, une étude sur le roman."
Lire Proust, c'est en effet lire une oeuvre totale, un roman qui en contient mille, c'est entrer dans une sensibilité qui éclaire la vôtre, c'est apprendre à mieux regarder, sentir, écouter, aimer, se souvenir, c'est accepter de se plonger dans un univers infini, miroir de notre société, miroir de l'Histoire.
Lire et relire Marcel Proust, tel est donc le thème de cette émission qui nous fait entrer dans l'oeuvre de Proust à travers deux lectures : celle de Jean-Yves Tadié et celle d'Antoine Compagnon. Lire Proust, c'est faire une expérience existentielle.

Pour en finir avec le Moyen Age. Avec Régine Pernoud sur la RTS.


(0)
202 Vues
0 commentaire
1977

Médiéviste réputée, Régine Pernoud s'est fait connaître en 1977 en publiant Pour en finir avec le Moyen Age dans lequel elle réhabilite aux yeux du grand public une soi-disant période d'obscurantisme.
Elle révèle par exemple le rôle déterminant des femmes, notamment dans le monde des affaires, les chefs-dʹœuvre artistiques souvent négligés et la richesse de la pensée philosophique et non seulement religieuse.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
253 Vues
0 commentaire
11.2019

Dans ce grand entretien de rentrée, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique d'octobre 2019.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

PARTIE 1
1. Cercle Aristote :
 - 00'00 : actualité éditoriale

PARTIE 2
2. Questions nationales :
 - 0'00'00 : l'Islam, fausse plémique, vrai problème ?
 - 0'20'55 : l'insécurité en France
 - 0'27'10 : un Z qui veut dire Zemmour
 - 0'34'20 : Sylviane Agacinski censurée
 - 0'39'40 : François Asselineau/Charles Gave, le débat
3. Economie :
 - 0'44'50 : PSA, EDF...
 - 0'50'05 : la réforme de l'Assurance Chômage
 - 0'57'55 : les nouvelles routes de la drogue
 - 1'05'40 : Somme, tombes de poilus à vendre
 - 1'07'30 : comment créer un internet français ?

PARTIE 3
4. Questions internationales :
 - 0'00'00 : UE, le Brexit... et le reste !
 - 0'29'10 : tensions sociales à l'échelle mondiale
 - 0'38'30 : conflit Syrie/Turquie, la situation Kurde
 - 0'49'40 : Israël, la chute de Bibi
 - 0'53'55 : USA, Trump, l'impossible impeachment ?

PARTIE 4
5. Doctrine :
 - 0'00'00 : quelle place pour la littérature aujourd'hui ?
 - 0'12'55 : Joker, de Todd Phillips
 - 0'28'30 : hommage à Vladimir Boukovski

Un été avec Paul Valéry. Avec Régis Debray sur France Inter.


(0)
72 Vues
0 commentaire
2018

Il y a deux Paul Valéry : celui des petits classiques illustrés et le sacripant drolatique, l'anar espiègle, le gamin salace aux mauvaises pensées, "l'esprit le plus méphistophélique de notre littérature", sans parler du coureur et du farceur. Oui, cela fait deux en un : le bienséant et le frondeur, l'homme d'institution et l'irréconcilié.
Paul Valéry, ce solaire impénitent, ce grand amoureux des femmes, de la peinture et de la musique, reste un homme du trait, du brillant, de l'éclat, du paradoxe et du charnel. Son oeuvre dessine une rose des vents. L'auteur de l'universel Cimetière marin est aussi "un lanceur d'alerte" sur la fragilité de notre civilisation et de notre société mondialisée.
Paul Valéry, notre contemporain brillant, est un poète à (re)lire de toute urgence par temps de détresse.

Poésie de la pensée. Avec George Steiner à Cambridge.


(0)
40 Vues
0 commentaire
12.04.2013

Les praticiens l'ont toujours su. Dans toute philosophie, concédait Sartre, il y a "une prose littéraire cachée". Ce qu'on a moins élucidé, c'est la pression formatrice incessante des formes du discours, du style, sur les programmes philosophiques et métaphysiques.
A quels égards une proposition philosophique, même dans la nudité de la logique de Frege, est-elle une rhétorique ? Veut-on dissocier un système cognitif ou épistémologique de ses conventions stylistiques, des genres d'expression qui prévalent ou sont contestés à l'époque ou dans le milieu qui sont les siens ? Dans quelle mesure les métaphysiques de Descartes, Spinoza ou Leibniz sont-elles conditionnées par les éléments constituants et l'autorité sous-jacente d'une latinité partiellement artificielle au sein de l'Europe moderne ? Quand, tels Nietzsche et Heidegger, le philosophe entreprend d'assembler une langue nouvelle, son idiolecte propre à son dessein est lui-même saturé par le contexte oratoire, familier ou esthétique.
L'association étroite de la musique et de la poésie est un lien commun, toutes deux partageant les catégories du rythme, du phrasé, de la cadence, de la sonorité, de l'intonation et de la mesure. "La musique de la poésie" est exactement cela.
Y aurait-il, en un sens apparenté, "une poésie, une musique de la pensée" plus profonde que celle qui s'attaque aux usages extérieurs de la langue, au style ? Ces aspects de la "stylisation" de certains textes philosophiques, de l'engendrement de ces textes via des outils et des modes littéraires, George Steiner nous les restitue dans son souci d' "écouter plus attentivement".