Avez-vous lu Polanyi ? Avec Jérome Maucourant et Bernard Chavance sur France Culture.


(0)
632 Vues
0 commentaire
11.11.2011

Pouvons-nous échapper à la fétichisation de l’économique et à l’emprise de la logique de marché ? Cela est sans doute possible si on prend la peine de lire et de relire Karl Polanyi 1886-1964. Car vouloir échapper à la vision économique du monde n’est pas vouloir échapper aux marchés. Il a toujours existé des économies avec des marchés, des foires, des ports, des places financières, mais l’apparition de l’économie de marché, qui fait parler les marchés, et craint leurs réactions comme s’il s’agissait de personnes, cela n’est pas si vieux. Le mythe du marché autorégulé – désencastré du rapport social – est finalement assez récent. Il date du XIX siècle.
Et c’est pour l’avoir dénoncé et s’être opposé à la société du tout-marchand, que Polanyi, adepte d’un socialisme démocratique, est devenu aujourd’hui une référence théorique importante.
Les trois dernières décennies ont connu, en effet, à l’échelle mondiale, un nouvel épisode d’utopie libérale que nombre de penseurs appellent le néolibéralisme.
Pour en comprendre les rouages et en analyser les propositions, Karl Polanyi reste un auteur précieux.
Emission "Les Nouveaux chemins de la connaissances".

Le libéralisme est-il un ennemi du capitalisme ? Avec Stefan Halper, Olivier Postel Vinay, Pierre Bezbakh et Pascal Salin sur France Culture.


(0)
389 Vues
0 commentaire
04.04.2011

Dans l’histoire du capitalisme (marchand puis industriel et enfin financier), le libéralisme n’est-il qu’une étape ? Une étape bientôt dépassée ? Les deux notions, capitalisme et libéralisme  n’ont-elles en commun que d’être appliquées aujourd’hui dans les sociétés occidentales ?
Autre question, plus stimulante encore : la doxa libérale ne fait-elle pas fi de l’histoire des grandes nations capitalistes ? Nations qui ont construit leur puissance à coup d’intervention de l’Etat, des guerres de l’Opium britanniques au new deal américain en passant par le plan Marshall en Europe et le patriotisme économique cher à la France ou au Japon qui voient leurs gouvernements toujours soutenir diplomatiquement, et financièrement quand il le faut, leurs champions nationaux ? Quant à la réussite économique de la Chine, ne montre-t-elle pas manière éclatante que capitalisme et démocratie ne sont définitivement pas mariés mais forment plutôt une union libre et récente ?
Et puis, la crise financière de 2008 a vu, faut-il le rappeler, les Etats voler au secours des banques.
Qu'en est-il donc de la doctrine libérale ?
Emission "Du Grain à moudre".

L'Eglise et la sexualité. Avec André Vauchez à France Culture.


(0)
567 Vues
0 commentaire
19.01.2013

Pour comprendre les positionnements de l'Eglise Catholique en matière de sexualité, il est nécessaire de faire un retour sur deux millénaires d’histoire des doctrines et des comportements de l’Église catholique en face du mariage et plus largement des multiples défis de la sexualité, de la contrainte ou de la liberté des corps. André Vauchez, qui s'exprime ici sur le sujet, est l'ancien directeur de l’École française de Rome. Outre ses travaux sur la spiritualité et la sainteté au Moyen-âge, il a organisé et dirigé une Histoire du christianisme et un Dictionnaire encyclopédique du Moyen-âge.

Le psychiatre et psychanalyste Charles Melman, sur France Culture.


(0)
765 Vues
0 commentaire
02.07.2010

Charles Melman pense que nous passons d’une culture où la santé mentale était mesurée par le niveau d’harmonie avec l’Idéal, culture qui fabriquait des névroses, à une culture fondée sur la recherche d’une adéquation entre désirs et objets de satisfaction, qui fabrique des perversions.
Une nouvelle morale émerge, qui renvoie à une sensibilité purement thérapeutique, donc à une nouvelle économie psychique. L’exhibition de la jouissance a remplacé le refoulement comme contre-pôle d’équilibre au désir.
Cet entretient lui permet de précision ses positions.

Drieu la Rochelle et Albert Lewin. Avec François Angelier à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
927 Vues
0 commentaire
02.03.2013

Si la sortie de Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945) en Pléiade ravive des débats politiques et idéologiques liés à sa Collaboration et à son antisémitisme, elle permet également de faire retour à une oeuvre littéraire singulière, marquée par l'expérience de la guerre totale, la première et supposée "der des der", qu'il vécut au Front (Verdun, Dardanelles), à celle d'une entre-deux-guerre endiablée dont il accompagna, côtoyant les Surréalistes puis rejoignant la mouvances fasciste, l'effervescence et les impasses, laissant derrière lui une longue déploration, hérissée de satires sociales, de désenchantement métaphysique et d'errance intérieure. Un périple gâché et épanouit par son suicide au gaz, le 15 mars 1945.  Ne sont pas oubliés les films inspirés par son oeuvre : Louis Malle, Jonathan Trier.
Le personnage et l'oeuvre d'Albert Lewin sont ensuite abordées, à la suite de la sortie de "Pandora", "Bel-ami" et "Le Portrait de Dorian Gray" en DVD. Lewin, gourmet de culture et d'avant-gardisme artistique s'attacha à peindre, au sens fort d'un cinéma hanté par legeste pictural, des figures d'être marquées par la mort : Pandora et le Hollandais volant, à qui il donna les traits d'Ava Gardner et de James Mason ; Bel-ami qu'il fit jouer à George Sanders ; Dorian Gray qui prit, grâce à lui, les traits glaçants de l'acteur Hurd Hatfield.

Les fractures françaises. Avec Christophe Guilluy sur France Culture.


(0)
792 Vues
0 commentaire
17.07.2011

Christophe Guilluy, géographe et chercheur auprès de collectivités locales et d’organismes publics, affirme que la conception dominante d’une "société sans conflit, moyennisée, multiculturelle et consensuelle" masque l’existence de "graves fractures sociales et culturelles", dont les "couches populaires sont les premières victimes".
Il dénonce aussi l’image caricaturale d’une France où s’opposeraient d’un côté une minorité "d’exclus issus des minorités ethniques" et de l’autre une majorité d’inclus : les banlieues d’une part et les autres territoires d’autre part.
La "classe moyenne majoritaire et bénéficiaire de la mondialisation", n’existe pas. C’est un mythe entretenu par la "disparition des couches populaires de la sphère médiatique, culturelle et politique".

Georges Dumézil par lui-même, sur France Culture


(0)
1166 Vues
0 commentaire
09.06.1995

Georges Dumézil retrace son parcours, son cheminement et les principaux résultats de ses travaux.