La stratégie de l'intimidation. Avec Alexandre Del Valle pour le Cercle Jeanne d'Arc à Rouen.


(0)
276 Vues
0 commentaire
29.06.2018

Plus l'on tue au nom d'Allah, plus l'Occident combat "l'islamophobie" et plus on parle en bien de l'islam pour ne "pas faire l'amalgame". Tel est le paradoxe de "l'islamiquement correct" selon lequel, loin de déclencher dans nos sociétés culpabilisées une mise à l'index des préceptes sacrés qui justifient la violence jihadiste, la médiatisation des attentats terroristes renforce en fait l'attractivité de l'islam.
Alexandre del Valle montre que la violence jihadiste n'est en aucun cas un simple problème sécuritaire "étranger à l'islam" mais bien le plus efficace outil du prosélytisme islamique. Et ceci s'explique d'abord par la lutte obsessionnelle contre "l'islamophobie" exigée par les pôles de l'islamisme mondial, qui aboutit à faire de l'islam une religion intouchable, au-dessus de toutes les autres.
Il décrit la stratégie de conquête des piliers mondiaux de l'islamisme sunnite (Ligue islamique mondiale, Organisation de la Coopération islamique, ISESCO, Frères musulmans, Turquie néo-ottomane d'Erdogan) qui prônent la "désassimilation" et cherchent, sous couvert de criminalisation de la critique de l'islam, à soumettre les démocraties occidentales à l'exceptionnalisme musulman.
En mettant à jour la complicité entre "coupeurs de têtes" (islamo-terroristes) et "coupeurs de langues" (lobbies anti-islamophobes), Del Valle réalise une démonstration jamais produite à ce jour, et apporte la preuve que le jihadisme et l'islamiquement correct fonctionnent profondément de concert.

De la lutte des classes à la lutte des races. Avec Pierre-Antoine Plaquevent et Youssef Hindi pour Culture Populaire.


(0)
545 Vues
0 commentaire
06.2020

Après avoir longuement étudié les objectifs et l'idéologie du mouvement Black Lives Matter ainsi que ses soutiens financiers, les politologues Pierre-Antoine Plaquevent et Youssef Hindi nous livrent les résultats de leurs investigations et nous expliquent comment les globalistes manipulent la question raciale.
Car ce sont bien les plus grandes fondations de la finance cosmopolite, faisant appel aux réseaux militants de l'extrême gauche radicale, qui tentent de récupérer certains mouvements sociaux spontanés afin d'imposer leur propre agenda politique.
Cette méthodologie de subversion est aussi replacée dans la perspective plus large de l'analyse des coups d'États qui emploient la société civile pour faire tomber les régimes politiques qui résistent à l'agenda globaliste.
Il s'agit ni plus ni moins de la lutte à mort pour l'hégémonie sur l'Occident entre deux orientations de société antagonistes : globalisme et occidentalisme. Une lutte dont l'issue s'avèrera déterminante pour le futur géopolitique de toute l'humanité.

Comprendre la situation au Venezuela. Avec Romain Migus sur Le Média Pour Tous.


(0)
403 Vues
0 commentaire
2019

Romain Migus est l'un des Français qui connaît le mieux la situation au Venezuela : il y a vécu durant 15 ans au cours de la révolution bolivarienne et est l'auteur de trois livres sur la question, parmi lesquels un best-seller dont Hugo Chavez a fait largement la promotion.
Il explique ici les enjeux derrière la guerre de 4e génération qui est actuellement menée contre le Venezuela.

Un entretien mené par Vincent Lapierre.

Soros et la société ouverte contre les populations. Avec Lucien Cerise et Pierre-Antoine Plaquevent pour E&R à Lille.


(0)
495 Vues
0 commentaire
19.01.2019

Comprendre l'influence de Soros, c'est comprendre que de nombreux processus politiques antinomiques de notre temps ont souvent un dénominateur commun : l'appui, aussi bien financier que logistique et idéologique des fondations de la Société ouverte.
Par son action et sa vision du monde, George Soros constitue à bien des égards la quintessence même de l'anti-conservatisme et du nominalisme politique. Un projet déployé avec une puissance et des moyens inédits dans l'histoire.
Le dévoilement de la trajectoire et du projet politique de George Soros par Pierre-Antoine Plaquevent et l'étude de cas que constitue l'Ukraine depuis quelques années par Lucien Cerise doivent contribuer au sursaut nécessaire face à l'assaut global que mènent depuis des décennies les réseaux de la société ouverte contre nos sociétés, nos modes de vie et notre avenir.

La super-classe mondiale contre les peuples. Avec Michel Geoffroy sur Méridien Zéro.


(0)
588 Vues
0 commentaire
22.06.2018

Nous sommes entrés dans une nouvelle période qu'on peut qualifier de post-démocratique, dans laquelle les véritables donneurs d'ordres politiques sont les marchés et les banques, soit une petite oligarchie qu'il nous faut connaître pour mieux la combattre.
Enarque et contributeur de la Fondation Polémia, Michel Geoffroy dresse un réquisitoire contre cette super classe mondiale qui tente de s'imposer par le chaos, notamment migratoire.

Émission "La Méridienne", animée par Pascal Lassalle.

Formatage social, manipulation des radicalisés. Avec Lucien Cerise sur Radio Courtoisie.


(0)
638 Vues
0 commentaire
07.04.2018

Le monde change, semblant s'orienter vers le chaos le plus complet et pourtant, au-dessus de la mêlée, une oligarchie semble plus stable que jamais, intouchable et inébranlable. Elle ne gouverne pas par la force des armes, mais son pouvoir est pourtant réel.
Aux défilés militaires et à la répression ouverte des dictatures du passé, elle s'impose doucement, via des techniques plus subtiles que l'on désigne par le terme d'ingénierie sociale.
Pour comprendre le fonctionnement de cette discipline de contrôle social, l'essayiste Lucien Cerise revient longuement sur les révolutions colorées qui ont façonné l'Ukraine contemporaine et la manière dont certains acteurs ont été amené à servir des desseins qui n'étaient pas les leurs dans le cadre d'un conflit triangulé.

Émission du "Libre Journal de la plus grande France", animée par Anne-Laure Maleyre.

Islamistes, fascistes, antifas : tous mondialistes ! Avec Lucien Cerise pour Factuelle 66 à Ille-Sur-Têt.


(0)
706 Vues
0 commentaire
2018

Depuis des siècles, les guerres entre peuples et les nations servent de paravent à un projet beaucoup plus discret conduit par des cercles dirigeants et visant à l'élaboration d'un Nouvel Ordre Mondial politiquement unifié.
Dans le cadre de ce combat, les "basses-oeuvres" locales sont déléguées à des fractions politiques et religieuses instrumentalisées, attirant chacune un profil psychologique bien défini : le jeune romantique-révolutionnaire.
De l'extrême-droite ukrainienne aux djihadistes étrangers de l'état islamique en passant par l'extrême-gauche antifasciste du Rojava, ce sont toujours les mêmes qui sont manipulés et mis au service d'un agenda géopolitique qui les dépasse, manifestement...

L'oligarchie au pouvoir. Avec Michel Geoffroy sur Radio Courtoisie.


(0)
409 Vues
0 commentaire
31.07.2018

En Occident on ne vit plus en démocratie mais en post-démocratie : les gouvernements ne gouvernent plus mais obéissent aux marchés et aux banques, les puissances d'argent dirigent les médias et les peuples perdent leur souveraineté et leurs libertés.
Pourquoi ? Parce que depuis la chute de l'URSS le pouvoir économique et financier s'affranchit du cadre national et veut gouverner à la place des Etats. Parce que la fin du communisme nous a libérés de la Guerre froide, et lui a succédé la prétention obstinée du messianisme anglo-saxon à imposer partout sa conception du monde, y compris par la force.
Ce double mouvement s'incarne dans une nouvelle classe qui règne partout en Occident à la place des gouvernements : la superclasse mondiale. Une classe dont l'épicentre se trouve aux Etats-Unis mais qui se ramifie dans tous les pays occidentaux et notamment en Europe. Une classe qui défend les intérêts des super riches et des grandes firmes mondialisées, sous couvert de son idéologie : le libéralisme libertaire et cosmopolite.
Une classe qui veut aussi imposer son projet : la mise en place d'un utopique gouvernement mondial, c'est-à-dire la mise en servitude de toute l'humanité et la marchandisation du monde. Une classe qui manipule les autres pour parvenir à ses fins, sans s'exposer elle-même directement.
Quelle alternative lui opposer ?

Émission du "Libre journal de la nouvelle droite", animée par François Bousquet.