L'Opération Bagration. Avec Jean Lopez pour Les Clionautes.


(0)
52 Vues
0 commentaire
19.06.2019

À l'été 1944, au cours de l'opération Bagration, l'Armée rouge détruit le Groupe d'armées Centre allemand, celui-là même qui s'était approché à 30km de Moscou deux ans et demi auparavant. Avec 28 divisions détruites, le Reich encaisse sa pire défaite, qui est aussi la plus lourde de toute l'histoire militaire allemande.
Le plan de l’opération Bagration est diaboliquement habile et recèle bien des surprises, stratégiques et tactiques. Les conséquences politiques de l’opération ont été gigantesques. L'attentat contre Hitler, l'insurrection de Varsovie lui sont directement liés.
Jean Lopez analyse en détail le lien qu'entretiennent Bagration et Overlord, le débarquement en Normandie. Il montre comment l'une est la condition du succès de l'autre et comment leur concomitance lance le premier vrai combat de la Guerre froide.

Une conférence organisée en collaboration avec le Mémorial du débarquement et de la libération de Provence du Mont Faron à Toulon.

Algérie : désinformation et repentance à propos de la décolonisation. Avec Daniel Lefeuvre et Jean Jolly sur Radio Courtoisie.


(0)
18 Vues
0 commentaire
12.03.2012

Pendant la brève parenthèse coloniale occidentale, la France a-t-elle pillé l'Algérie ? Quel était le statut de cette colonie sur le plan économique, politique et social par rapport à la métropole ? La décolonisation a-t-elle été subie où s'est-elle révélée comme une mesure urgente et nécessaire ? Les français d'aujourd'hui ont-ils une dette à l'égard des algériens ?
Alors que le mythe de la culpabilité coloniale et la culture de repentance-soumission ont envahi notre société, l'historien Daniel Lefeuvre et le grand reporter Jean Jolly rétablissent quelques vérités quant à cette période troublée de l'histoire de notre pays.

Émission du "Libre Journal de midi", animé par Roger Saboureau.

Napoléon et de Gaulle, deux héros français. Avec Patrice Gueniffey à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
117 Vues
0 commentaire
07.03.2018

Directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales, l'historien Patrice Gueniffey a récemment publié aux éditions Perrin un Napoléon et de Gaulle.
Le fait de consacrer un livre à deux grands hommes de notre histoire est un défi adressé à tous ceux qui veulent que l'enseignement de l'histoire soit débarrassé de ses grandes figures et du récit national pour être reconfiguré en vue de la mondialisation. Nous savons pourtant que l'histoire d'une nation se fait avec des hommes et, dans les circonstances exceptionnelles, par la volonté d'hommes que l'on dit providentiels.
Le Petit Caporal et le Général appartiennent à cette catégorie. Les apparences les rapprochent – ce sont des soldats de métier, des chefs de guerre et des hommes d’État. Mais de nombreux aspects opposent aussi Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle diamétralement...

Jules Ferry, reflet de la société française de son temps. Avec Eric Fromant sur Radio Courtoisie.


(0)
64 Vues
0 commentaire
14.12.2018

Fondateur de l'école laïque et de l'empire colonial, Jules Ferry est bien plus que tout cela : intellectuel au grand courage physique, républicain engagé dans une lutte féroce avec un autre républicain, Georges Clemenceau véritable partisan de l'industrie et du libre-échange devenu adepte du protectionnisme paysan. Sa vie est un roman.
Il faut la découvrir en respectant la chronologie, comme nous le rappelle Eric Fromant, en présentant l'enchaînement des faits, de sa naissance en 1832 à 1893, date de sa mort.

Émission du "Libre Journal de la crise", animée par Laurent Artur du Plessis.

Rwanda, un génocide en questions. Avec Bernard Lugan sur Radio Courtoisie.


(0)
159 Vues
0 commentaire
25.02.2014

Vingt ans après les faits, il n'est plus possible de dire que le génocide du Rwanda était programmé, que la France en serait complice, que pour le commettre, les "extrémistes" hutu avaient créé une cellule secrète nommée Akazu, qu'ils avaient dressé des listes de Tutsi à abattre, qu'ils avaient fondé la radio des Milles Collines pour les besoins de leur propagande génocidaire, qu'ils assassinèrent leur propre président en abattant son avion et qu'enfin ils firent un coup d'état dans la nuit du 6 au 7 avril 1994.
Ces idées reçues, qui constituaient les bases de l'histoire officielle écrite par les vainqueurs de la guerre civile rwandaise afin de légitimer la conquête du pouvoir par le général Kagamé, ont été balayées par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda créé par le Conseil de sécurité de l'ONU afin de juger les responsables de ce génocide.
Expert assermenté dans les principaux procès qui se tinrent devant ce tribunal, Bernard Lugan a eu accès à la totalité des ses archives, ce qui lui permet de rétablir la vérité au sujet du génocide du Rwanda.

Émission du "Libre Journal des historiens", animée par Philippe Conrad.

La question de la stratégie politique. Avec Jacques Sapir à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
154 Vues
0 commentaire
19.06.2019

Pendant plusieurs décennies, nous avons connu des stratégies d'union -de la gauche et de la droite- qui ont permis aux deux camps de gouverner successivement. Puis, à gauche en 2012, la tactique a été appliquée sans stratégie et, après la victoire d'Emmanuel Macron, la constitution d'un bloc oligarchique a conduit à de nouvelles réflexions stratégiques autour de concepts tels que le populisme et le souverainisme.
L'éclatement des oppositions politiques et sociales conduit à poser en termes neufs "la question de la stratégie politique" après les élections européennes qui ont vu le succès du Rassemblement national et l'échec de la France insoumise sur fond de révolte des Gilets jaunes.
Jacques Sapir, auteur de nombreux ouvrages et articles sur les aspects théoriques et pratiques de la stratégie, nous livre son analyse de la situation politique et esquisse les perspectives d'évolution du champ politique et social.

Aux origines de la guerre économique. Avec Ali Laïdi sur France Culture.


(0)
72 Vues
0 commentaire
12.12.2017

Les causes des guerres sont multiples : on se bat pour des enjeux politiques et de pouvoir, mais aussi pour contrôler des ressources et des moyens de production. Car aussi loin que l'on remonte dans l'Histoire -et même la préhistoire-, on peut identifier des causes économiques à l'origine des conflits.
Des causes souvent savamment dissimulées, derrières des raisons religieuses, politiques ou morales venues justifier la quête de ressources et de richesses.
Dans quelle mesure peut-on analyser et comprendre les guerres à l'aune de ce motif économique ? La guerre est-elle toujours au fond économique ?

Émission "Entendez-vous l'éco ?", animée par Maylis Besserie.

La guerre des classes. Avec Denis Collin à l'Université Populaire d'Évreux.


(0)
197 Vues
0 commentaire
05.04.2019

L'État est censé garantir la paix intérieure et la sûreté des citoyens. Mais cette vision irénique est contredite par toute l’expérience historique. Les intérêts sociaux se heurtent plus ou moins violemment à l'intérieur de chaque communauté politique et ces heurts se nomment lutte des classes : l'histoire jusqu’à nos jours est l'histoire de la lutte des classes, affirme Marx.
Cette lutte peut prendre des formes presque pacifiques (pétitions, grèves, manifestations) mais souvent, dès que les choses deviennent sérieuses elle tourne à l'affrontement violent. Les grands mouvements historiques ont été de véritables guerres sociales, menées par les dominants contre les classes dominées. Écrasement de la révolte de Spartacus, guerre des paysans en Allemagne, jacqueries, révolutions…
Sur le plan intérieur comme sur le plan international, la guerre est bien la continuation de la politique par d'autres moyens, selon le mot de Clausewitz.