Soral répond sur ERFM !


(0)
456 Vues
0 commentaire
2017

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond !

Sarkozy, Israël et les juifs. Avec Paul-Eric Blanrue à Paris.


(0)
1339 Vues
0 commentaire
06.06.2009

Aujourd'hui, en France, parler d'Israël avec sérénité et franchise est devenu impossible. La question est taboue.
C'est en 1967, par la voix du président Charles de Gaulle, que la France prit pour la première fois ses distances avec Israël. Sous le régime précédent, ce pays avait bénéficié de grands privilèges, puisque c'est grâce à la IVe République que l'État juif avait acquis la bombe atomique.
Les présidents français qui succédèrent au général s'efforcèrent, à son image, de maintenir l'équilibre entre les parties en présence, palestiniennes comme israéliennes.
Mais tout changea soudain en 2007, avec l'élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy. Sur la question d'Israël, il tourna résolument le dos à la position défendue par le général en prônant désormais la défense quasi inconditionnelle d'Israël. Pour lui, toute critique d'Israël serait un signe d'antisémitisme.
Paul-Éric Blanrue veut nous montrer le danger que représente la nouvelle politique étrangère française en nous dévoilant pourquoi le président français s'est engagé dans une voie qui va contre les intérêts de son pays et risque d'entraîner bientôt la France dans des conflits majeurs au Moyen-Orient.
Il décrit un par un les réseaux pro-israéliens qui servent cette stratégie, démontre leur puissance, signale leur aveuglement et fournit les noms des principales personnalités qui en font partie. Il récuse également l'assimilation faite systématiquement entre judaïsme et sionisme et appelle les juifs de France à se défaire d'urgence de leurs porte-voix officiels, qui ne représentent tout au plus qu'un sixième d'entre eux.
L'auteur avance enfin des propositions qui font revivre la hardiesse traditionnelle de la pensée critique française et qui peuvent à nouveau souder les français dans un projet généreux, pour en finir avec le communautarisme imprudemment importé des États-Unis.

Conférence de presse organisée à l'hôtel Ampère (Paris, XVIIe).