Capital et race : histoire d'une hydre moderne. Avec Sylvie Laurent à la Librairie Mollat.


(0)
30 Vues
0 commentaire
01.2024

1492 a subjugué le monde. On retient de l'aventure de Christophe Colomb sa "découverte" d'un continent providentiel, révélant à la fois les merveilles sans fin de la terre et la capacité inédite des hommes à s'affranchir des frontières et des entraves. Mais l'invention de l'Amérique fut plus qu'un récit : elle consacra un nouveau rapport à la nature et aux hommes qui vit alors capital et race s'unir irrémédiablement.
Sylvie Laurent raconte ainsi la longue histoire de ce qu'on nomme aujourd'hui le "capitalisme racial", créature à deux têtes qui fut décrite et combattue de longue date par des marxistes hétérodoxes anticolonialistes, de Rosa Luxemburg à W. E. B. Du Bois, des Antilles aux terres amérindiennes. À l'aune de leur pensée et des humanités environnementales et alors qu'il est convenu d'opposer luttes de classe et revendications raciales, elle exhume la tradition intellectuelle riche et méconnue du dépassement de ce clivage.
On redécouvre alors que, tant le personnage de Robinson Crusoé que Voltaire, Adam Smith et Tocqueville, ont forgé ce capitalisme historique arrimé à la domination raciale. Les États-Unis, leur horizon, sont également dévoilés : bien loin de la terre disponible à l'infini et des libertés du marché, ils sont en réalité l'empire du capitalisme racial.
Il était temps que Karl Marx et Martin Luther King se retrouvent enfin.

L'OTAN veut casser des BRICS. Avec Bruno Guigue pour le Café marxiste.


(0)
39 Vues
0 commentaire
01.2024

Analyste géopolitique reconnu, Bruno Guigue nous donne ici un aperçu de l'affrontement global en cours entre l'Occident otanisé et la coalition montante des nations souveraines qui se constitue autour de la Chine et des BRICS+. Allons-nous vers une guerre mondiale ?

 - 0'00'00 : Présentation
 - 0'02'38 : Fin de la domination de l'Occident sur le monde ?
 - 0'04'30 : Quelle réaction de l'impérialisme étasunien ?
 - 0'07'35 : Guerre en Syrie : un tournant ?
 - 0'09'08 : Guerre en Ukraine : échec de l'OTAN ou bourbier pour la Russie ?
 - 0'13'50 : Le rapprochement Russie/Chine et la montée de la Chine
 - 0'18'52 : Le conflit israélo-palestinien
 - 0'22'24 : L'Iran et l'Arabie Saoudite
 - 0'24'43 : L'enjeu des élections présidentielles étasuniennes de fin 2024
 - 0'29'35 : L'action des Houthis du Yémen en soutien à la Palestine
 - 0'32'05 : La situation en Afrique
 - 0'38'04 : La situation en Amérique latine et notamment au Brésil
 - 0'41'56 : Nouvelles routes de la soie et développement des forces productives
 - 0'46'55 : Un impérialisme chinois ?
 - 0'50'35 : Vers une nouvelle guerre mondiale ?
 - 0'58'13 : Quelles opportunités pour les révolutionnaires ?

La défaite de l'Occident. Avec Emmanuel Todd à la Librairie Mollat.


(0)
74 Vues
0 commentaire
22.01.2024

L'implosion de l'URSS a remis l'histoire en mouvement. Elle avait plongé la Russie dans une crise violente. Elle avait surtout créé un vide planétaire qui a aspiré l'Amérique, pourtant elle-même en crise dès 1980. Un mouvement paradoxal s'est alors déclenché : l'expansion conquérante d'un Occident qui dépérissait en son coeur.
La disparition du protestantisme a mené l'Amérique, par étapes, du néo-libéralisme au nihilisme ; et la Grande-Bretagne, de la financiarisation à la perte du sens de l'humour. L'état zéro de la religion a conduit l'Union européenne au suicide mais l'Allemagne devrait ressusciter.
Entre 2016 et 2022, le nihilisme occidental a fusionné avec celui de l'Ukraine, né lui de la décomposition de la sphère soviétique. Ensemble, OTAN et Ukraine sont venus buter sur une Russie stabilisée, redevenue une grande puissance, désormais conservatrice, rassurante pour ce Reste du monde qui ne veut pas suivre l'Occident dans son aventure. Les dirigeants russes ont décidé une bataille d'arrêt : ils ont défié l'OTAN et envahi l'Ukraine.
Mobilisant les ressources de l'économie critique, de la sociologie religieuse et de l'anthropologie des profondeurs, Emmanuel Todd nous propose un tour du monde réel, de la Russie à l'Ukraine, des anciennes démocraties populaires à l'Allemagne, de la Grande-Bretagne à la Scandinavie et aux États-Unis, sans oublier ce Reste du monde dont le choix a décidé de l'issue de la guerre.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
81 Vues
0 commentaire
17.01.2024

Dans ce grand entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique du mois de janvier de l'année 2024.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

Pourquoi l'Occident domine le monde, par Julien Rochedy.


(0)
138 Vues
0 commentaire
12.2022

Dès la fin du Moyen Âge, l'Occident a imposé sa puissance au reste de la planète. Comment cette aire géographique et culturelle s'y est-elle prise pour devenir si riche et puissante ?

 - 0'00'00 : Problématique
 - 0'05'00 : Qu'est-ce que l'Occident ?
 - 0'07'46 : Que veut dire "supériorité" ?
 - 0'09'46 : État des lieux avant le XVe siècle
 - 0'13'49 : Le bond en avant de l'Occident
 - 0'17'48 : Le relatif recul de l'Occident
 - 0'25'20 : L'impérialisme n'est pas une cause
 - 0'34'13 : Un ancienne supériorité à discuter
 - 0'37'30 : L'énergie
 - 0'42'26 : La concurrence
 - 0'53'02 : L'ingéniosité
 - 0'56'57 : La puissance martiale
 - 1'02'42 : La propriété et la liberté
 - 1'13'08 : La maîtrise rationnelle du monde
 - 1'22'35 : Le savoir
 - 1'30'31 : Le travail et l'abondance
 - 1'37'29 : La culpabilisation de l'Occident
 - 1'44'44 : Résumé des causes
 - 1'47'21 : Les menaces sur l'Occident

Les origines du Plan Marshall. Avec Annie Lacroix-Riz à la Librairie Tropiques.


(0)
193 Vues
0 commentaire
10.10.2023

Depuis l'annonce du plan Marshall, au printemps 1947, s'est imposée dans la zone d'influence américaine la conviction que les prêts en dollars des années 1948-1951 avaient apporté une aide décisive aux "pays bénéficiaires". Ils auraient seuls sorti l'Europe occidentale de la faim, de la misère, des ruines et permis sa reconstruction. Ils l'auraient aussi protégée de l'Armée rouge de Staline qui corsetait l'Europe orientale.
Se fondant sur la chronologie et les archives, notamment américaines, Annie Lacroix-Riz éclaire autrement ce dossier. Elle revient sur les accords cruciaux qui, en six années seulement, ont ouvert la porte aux produits et capitaux américains : le Prêt-Bail à l'Angleterre, en 1941-1942, les accords de Bretton-Woods mondialisant le dollar, en juillet 1944, et les accords Blum-Byrnes de mai 1946.
Ces six années marquèrent l'avènement d'un projet qui, loin de dater de la Seconde Guerre mondiale, avait été initié et mené sans répit depuis les années 1890. En définitive, il s'agissait moins de tendre une main secourable à l'Europe que de mettre en place une hégémonie financière, commerciale, politique et culturelle.

L'Empire contre-attaque. Avec Killian Schwab au Cercle du Guesclin.


(0)
264 Vues
0 commentaire
31.07.2021

Dans la naissance des empires, on repère l'appétit du pouvoir, la soif de la richesse, l'orgueil passionné d'être soi ; quant aux chutes impériales, elles charrient malheur triomphal et fierté de laisser dans les ruines de quoi ensemencer l'avenir et récolter des floraisons inattendues.
Killian Schwab s'intéresse plutôt ici aux conditions de possibilité qu'une telle organisation requiert pour pouvoir tenir dans la durée. Un excercice passionnant pour comprendre le destin de cette forme politique si particulière qui a dominé le monde avant un inéluctable déclin.

Le communisme (expliqué à ceux qui l'ignorent). Avec Bruno Guigue à la Librairie Tropiques.


(1)
253 Vues
0 commentaire
01.2023

Le communisme n'est pas une doctrine abstraite, éthérée, qui brillerait au firmament des idées pures. Ce n'est pas le "millénium de la fraternité universelle" que raillait le jeune Marx, mais dit-il, "le mouvement réel qui change l'état de choses actuel'. Force agissante dans l'histoire, il a contribué à façonner le monde dans lequel nous vivons.
Au cours du siècle écoulé, il a débarrassé l'humanité du nazisme, précipité la défaite du colonialisme et infligé un coup d'arrêt à l'impérialisme : ce triple succès suffit à lui donner des lettres de noblesse révolutionnaire. Il n'a pas instauré une société sans classes, mais mené des luttes de classes qui ont changé la société. Au prix de mille difficultés, il a arraché des millions de vies à la misère, à l'analphabétisme et aux épidémies. Semé d'embûches, le long combat des communistes a soustrait au sous-développement le quart de l'humanité. Mais son histoire n'est pas terminée.
Au lendemain de l'effondrement de l'URSS, le modèle occidental devait répandre ses bienfaits sur les nations ébahies. La chute du communisme devait prononcer la "fin de l'Histoire". Erreur de pronostic. À la place du libéralisme triomphant, c'est la Chine populaire, avec son parti communiste de 95 millions de membres, qui dame le pion à l'Occident. Balayant les idées reçues, le travail de Bruno Guigue retrace l'histoire du communisme, de son élaboration théorique à ses réalisations contemporaines. Il impose une relecture des événements du XXe siècle qui en restitue la véritable signification. À rebours du discours dominant, il montre que le communisme est loin d'avoir dit son dernier mot.