La gauche a-t-elle encore un avenir ? Avec Jean-Claude Michéa et Jacques Julliard sur France Culture.


(0)
822 Vues
0 commentaire
01.10.2014

Dans leur livre commun, Jacques Julliard et Jean-Claude Michéa partent d’un point de désaccord : la gauche s’est-elle déconnectée du peuple, ou n’a-t-elle en réalité fait avec lui que des alliances de circonstances ?
A l’heure où la gauche se divise, sanctionne ses députés frondeurs, et se cherche une nouvelle identité en lançant ses Etats généraux, leurs sujets d’étude sont en tous cas d’actualité.
Alors, sommes-nous en train d’assister à la mort de la gauche, ou à la mort du socialisme, ou même des deux ? Comment nos dirigeants peuvent-ils retrouver la confiance du peuple ? Mais finalement, qu’est-ce que le "peuple" et qui le représente encore aujourd’hui ?

Monnaie européenne et souveraineté démocratique. Avec Frédéric Lordon au café-restaurant Le Lieu-dit à Paris.


(0)
854 Vues
0 commentaire
25.04.2014

Frédéric Lordon dénonce une Europe qui se construit sans les européens, dans le déni absolu de toute expression des souverainetés populaires. Or une union politique authentique présuppose de faire l’Europe autrement que par l’économie !
L’urgence économique et sociale commande alors de réexaminer de près l’option des monnaies nationales et de réaffirmer que défaire la monnaie européenne, de toute façon aussi mortifère que non-viable, n’exclut nullement de continuer à œuvrer pour l’approfondissement résolu de tous les autres liens entre les peuples européens...
Une réflexion salutaire qui bouscule un nombre non-négligeable de tabous au sein du camp de la "gauche critique".

Démocratie, tirage au sort et populisme. Avec Antoine Chollet à Grenoble.


(0)
1047 Vues
0 commentaire
13.09.2013

Quoi de plus subversif que de faire comprendre au plus grand nombre que nous ne sommes pas en démocratie ?
Antoine Chollet, politologue suisse et critique de la démocratie représentative suisse, nous livre sont travail d'analyse en se basant sur des auteurs comtemporains (Cornelius Castoriadis, Hannah Arendt) et classiques des sciences politiques (Rousseau, Montesquieu, Aristote).
Il s’agira ainsi de comprendre que la démcratie ne peut être pensée que comme projet, avec un ensemble de conséquences pratiques sur les institutions (principe du tirage au sort) et la pratique éducative.
Enfin, Antoine Chollet tente de rétablir le sens originel du populisme face aux critiques élitistes anti-démocratiques qui ne cessent d'attaquer les derniers bastions de souveraineté accordés au peuple.

La conférence est organisée par l'association Cause Toujours.

Les ennemis intimes de la démocratie. Avec Tzvetan Todorov à la librairie Filigranes à Bruxelles.


(0)
520 Vues
0 commentaire
23.02.2012

On peut regarder l’histoire politique du XXe siècle comme l’histoire du combat de la démocratie contre ses ennemis extérieurs : le fascisme et le communisme.
Ce combat s’est achevé avec la chute du mur de Berlin. D’après certains, il se prolonge contre de nouveaux ennemis – islamisme, terrorisme…
Pour Tzvetan Todorov, ces dangers, certes réels, ne sont pas des candidats crédibles à cette succession. Le principal ennemi de la démocratie, c’est devenu elle-même, ou plutôt certains aspects plus ou moins visibles de son développement, qui en menacent jusqu’à l’existence même.

Vive le populisme ! Avec Antoine Chollet au Club 44 à la Chaux-de-Fond.


(0)
851 Vues
0 commentaire
29.09.2011

Comment défendre aujourd’hui la démocratie directe en Suisse, sans immédiatement passer pour un populiste obtus, fourrier des idées et du programme de l’UDC et aveugle aux diverses manipulations subies par un peuple idéalisé ?
À partir de son livre "Défendre la démocratie directe", Antoine Chollet tente l’exercice en rappelant quelques-uns des principes fondateurs de la démocratie : la souveraineté populaire, l’égalité entre citoyens et l’autonomie comme projet. En effet, on ne doit jamais oublier que la démocratie est au moins autant une pensée qu’une pratique.
Sont évoquées également les réalités politiques suisses passées et présentes, les conditions d’exercice de la démocratie, les dangers qui la menacent et les moyens de la pérenniser. 
Dans ce débat où ne semblent aujourd’hui s’affronter que les thuriféraires d’un peuple "qui a toujours raison" et les membres d’une élite éclairée et sage, il est important de montrer qui ni les uns ni les autres ne défendent la démocratie pour ce qu’elle est vraiment: un régime certes incertain et risqué, mais pourtant seul capable de préserver la liberté de chacun et de tous.

L'Imperium contre l'Empire. Avec Gabriele Adinolfi chez les Non-Alignés.


(0)
685 Vues
0 commentaire
04.2013

Après avoir évoqué en profondeur le modus operandi et les raisons de la stratégie de la tension qui ensanglanta l'Italie des années 70, Gabriele Adinolfi expose les fondamentaux de que l'on a longtemps appelé le nationalisme européen (l'échelle continentale étant la seule dimension faisant sens au sein d'un monde multipolaire à l'heure de la mondialisation).
Gabriele Adinolfi ouvre ici des pistes de réflexion sur ces questions géopolitiques fondamentales.

Le nouveau Front National. Avec Laurent Ozon chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
750 Vues
0 commentaire
04.05.2011

A l'époque délégué national à la formation du Front National, Laurent Ozon explique les nouvelles orientations prises par son parti suite à l'investiture de Marine Le Pen.
Le renouveau national sera populiste et social !

Demain l'empire : le destin de l'Union européenne ? Avec David Engels sur France Culture.


(0)
952 Vues
0 commentaire
19.03.2013

David Engels nous propose une interprétation originale du devenir des différentes crises que nous traversons : et si les soubresauts actuels de l'Union européenne n'étaient rien d'autre qu'une redite de la chute de la République romaine ?
Dans son dernier livre, il dresse une série d'analogies entre Rome avant l’empire et l’Union européenne avant le pire. L’une comme l’autre ont traversé, ou traverseraient, une grave crise d’identité : manque de repères culturels, ouverture aux autres mal maitrisée.
Rome s’en est sortie en renonçant à la République pour se livrer à Octavien, qui deviendra le premier empereur sous le nom d’Auguste.
L’Europe n’aurait donc pas d’autre alternative : elle doit se transformer en un pouvoir plus fort, plus centralisé et moins démocratique. Sinon, ce sera l’implosion en une multitude de micro-états dominés par le nationalisme.

Emission "Les Matins" animée par Marc Voinchet et Brice Couturier.