Gloire et catastrophes du capitalisme. Avec Jean-Pierre Dupuy sur France Culture.


(0)
585 Vues
0 commentaire
22.02.2012

"Peut-on penser l’économie sans être économiste ? Non seulement on le peut, mais la pensée économique serait débile si elle restait l’apanage des économistes."
Grand penseur des catastrophes, Jean-Pierre Dupuy "s’efforce de comprendre la place exorbitante que l’économie a prise dans nos vies." Il décrit la sacralisation du marché et tente de réhabiliter la dimension prophétique du politique.

La démocratie est-elle soluble dans l'argent (medias, industrie, pouvoir) ? Discussion entre Laurent Mauduit et Vincent Michelot à la Bibliothèque nationale de France.


(0)
661 Vues
0 commentaire
20.01.2011

La démocratie, au terme des "trente piteuses", apparaît à la fois comme la réalité politique la plus partagée et la plus discutée. À l'heure des crises économiques et des tensions géopolitiques qui mettent à mal son modèle, les questions qu'on croyait oubliées reviennent à la surface. La démocratie représentative est-elle encore capable de représenter dans des sociétés écartelées entre une marge sans cesse grandissante d'exclus et des niches toujours plus exceptionnelles de privilégiés ? Comment les lieux qui ont fait et où s'est réalisée la démocratie survivent-ils aux différentes crises qui les secouent : rue, école, prétoire, tribune, médias ?
Cycle de conférences "La démocratie en question".

Avez-vous lu Polanyi ? Avec Jérome Maucourant et Bernard Chavance sur France Culture.


(0)
740 Vues
0 commentaire
11.11.2011

Pouvons-nous échapper à la fétichisation de l’économique et à l’emprise de la logique de marché ? Cela est sans doute possible si on prend la peine de lire et de relire Karl Polanyi 1886-1964. Car vouloir échapper à la vision économique du monde n’est pas vouloir échapper aux marchés. Il a toujours existé des économies avec des marchés, des foires, des ports, des places financières, mais l’apparition de l’économie de marché, qui fait parler les marchés, et craint leurs réactions comme s’il s’agissait de personnes, cela n’est pas si vieux. Le mythe du marché autorégulé – désencastré du rapport social – est finalement assez récent. Il date du XIX siècle.
Et c’est pour l’avoir dénoncé et s’être opposé à la société du tout-marchand, que Polanyi, adepte d’un socialisme démocratique, est devenu aujourd’hui une référence théorique importante.
Les trois dernières décennies ont connu, en effet, à l’échelle mondiale, un nouvel épisode d’utopie libérale que nombre de penseurs appellent le néolibéralisme.
Pour en comprendre les rouages et en analyser les propositions, Karl Polanyi reste un auteur précieux.
Emission "Les Nouveaux chemins de la connaissances".

La marchandisation de l'enseignement. Avec Nico Hirtt à Lyon.


(0)
719 Vues
0 commentaire
10.02.2012

Conférence donnée à l'invitation du Collectif Enseignant Contre la Réforme des Langues.

La déculturation. Avec Renaud Camus et Paul-Marie Couteaux sur Radio Courtoisie.


(0)
1358 Vues
0 commentaire
11.06.2008

La culture se serait aujourd'hui répandue dans toutes les couches de la population. Renaud Camus soutient le contraire.
Il expose le caractère inégalitaire et élitiste de la culture, en faisant l'analyse sémantique de cette dernière.
Le paradoxe de notre société étant que l'objectif quantitatif, qui est au cœur de l'ambition démocratique en sa transposition culturelle, fait surtout le lit de l'argent par le biais de la publicité, des taux d'audience et des lois du marché...