Entretien avec Alain Soral sur Radio 15-18.


(1)
816 Vues
0 commentaire
27.05.2012

L'intellectuel dissident s'entretient sur différents sujets d'actualité en faisant usage de la grille d'analyse explicitée dans "Comprendre l'Empire".

L'individualisme méthodologique. Avec Alain Laurent à l'Institut Turgot.


(0)
763 Vues
0 commentaire
20.01.2011

Alain Laurent, philosophe libéral, commente en nous rappelant en quoi consiste l'individualisme méthodologique, d'un point de vue historique et épistémologique. Il continue en engageant une réflexion critique visant à déconstruire les interprétations actuelles qui reviennent à transformer ce principe libéral classique en méthode d'explication des phénomènes sociaux émergents qui relève d'un holisme de composition et valide les "illusions groupales".
Il nous invite enfin à explorer de nouvelles pistes conduisant à une version plus subjectiviste et radicale de l'individualisme : un nominalisme sociologique non récupérable par ceux pratique une sociologie holistique.
Cette tâche se révèle, de son point de vue, urgente car la rhétorique dominante manipulerait de plus en plus les acteurs sociaux comme "communautés", "sujets collectifs" ou autres "processus sans sujets" - au détriment des individus pensants et agissants et de leurs interactions.

L'oeuvre de Mario Vargas Llosa. Avec Alain Laurent à l'Institut Coppet.


(0)
897 Vues
0 commentaire
25.11.2010

Deuxième partie du séminaire d’Alain Laurent consacré au libéralisme hispanique.
Est présenté le parcours et l'oeuvre du nouveau prix Nobel de littérature, Mario Vargas Llosa.

Peut-on vouloir dépasser le libéralisme sans être socialiste ? Par Laurent de Briey au CEPPECS.


(0)
842 Vues
0 commentaire
24.04.2010

La crise financière a suscité une remise en cause du cadre libéral qui dominait aussi bien à gauche qu’à droite depuis trente ans. Si cette remise en cause rend possible et souhaitable un renouveau du socialisme, elle représente également une opportunité pour l’émergence de théories politiques alternatives. Parmi celles-ci, l’humanisme démocratique appelle à un dépassement du libéralisme, tout en s’affirmant à la fois progressiste et centriste.
Conférence donnée au Collège Européen de Philosophie Politique de l'Education, de la Culture et de la Subjectivité (Ceppecs) dans le cadre du cycle "Qu'est-ce que le socialisme ?"

L'ordre spontané et l'égoïsme rationnel. Avec Alain Laurent accueilli par Alain Madelin et Students For Liberty Paris.


(0)
739 Vues
0 commentaire
20.12.2013

Alain Laurent, en tant qu'intellectuel libéral, s'interroge sur le pourquoi et le comment de l'ordre social en utilisant la méthode de l'individualisme méthodologie.
La célèbre "main invisible" a été conceptualisée par des penseurs de renom, notamment des sociologues : de la société ouvertes de Karl Popper aux effets de composition de Raymond Boudon en passant pas l'égoïsme rationnel d'Ayn Rand, c'est toute l'histoire de l'émergence de l'ordre spontané qui est ici convoquée.
Un document important pour comprendre l'approche des libéraux pour qui le facteur surdéterminant reste "l'action humaine" (Von Mises).

L'économiste, la cour et la patrie. Avec Arnault Skornicki sur Fréquence Protestante.


(0)
713 Vues
0 commentaire
31.03.2012

La science économique est devenue la forme dominante du discours politique. Elle se présente pourtant volontiers comme le plus neutre et impartial des savoirs. Que signifie cette dénégation du politique de la part d’une science si intimement liée au champ du pouvoir ?
Arnault Skornicki propose un détour historique par la France des Lumières pour mettre au jour l’impensé de ce qui n’était pas encore une discipline universitaire, mais un simple genre intellectuel.
De la naissance du libéralisme d’État au Dialogue sur le commerce des blés de Galiani, de la science du commerce aux luttes entre Turgot et Necker en passant par la Physiocratie, le XVIIIe siècle apparaît en effet comme une période clé pour l’économie politique. Savants, hommes de lettres, philosophes et administrateurs mettent leur intelligence au service des Lumières qui s’officialisent et d’un État éclairé qui tente de se réformer. L’économie politique finira par accéder aux sommets du pouvoir, pour ne plus jamais les quitter.
Un travail intéressant pour comprendre la naissance du libéralisme.

Walter Lippmann et le libéralisme de gauche. Avec Alain Laurent à l'Institut Turgot.


(0)
575 Vues
0 commentaire
03.03.2011

La réédition du célèbre ouvrage de Walter Lippmann, "La Cité libre" (1937), est l’occasion de revenir sur les thèses bien balancées (ni laissez-faire, ni État-providence…) de ce grand penseur américain, associées à l’apparition du premier "néolibéralisme" lors du colloque Lippmann qui eut lieu à Paris en août 1938 (Hayek et Mises s’y opposèrent aux "libéraux sociaux").
Alain Laurent, philosophe libéral, fait le point sur ce qu’il y a de "néo" dans ce néolibéralisme version Lippmann, comme dans celui que journalistes et politiciens vilipendent de nos jours.

Le libéralisme comme volonté et comme représentation. Démontage d'une mythologie politique contemporaine. Avec Charles Robin sur le LibreTeamSpeak.


(0)
630 Vues
0 commentaire
17.06.2012

La critique du libéralisme, jadis réservée aux partisans du marxisme et aux tenants de la pensée réactionnaire, connaît aujourd'hui un regain nouveau.
Galvanisée par le déclenchement de la crise financière mondiale à l'automne 2008 et la détérioration consécutive des conditions d'existence matérielles et humaines des couches populaires et des classes moyennes, cette pensée critique échoue cependant à s'incarner dans les politiques menées par nos gouvernements, quand elle ne se voit pas confinée au champ stérile du "discours de protestation".
Comment expliquer ce paradoxe ? L'hypothèse que nous formulons est que, loin d'être l'effet d'un déficit de visibilité de la parole contestataire, l'inaudibilité politique des thèses anticapitalistes en France doit d'abord se comprendre comme le résultat d'une redoutable confusion intellectuelle sur l'essence véritable du libéralisme.
L'ambition du travail de Charles Robin est de lever le voile sur les implications et les ambiguïtés de ce grand courant de pensée, au travers notamment de la révélation des liens unissant l'extrême-gauche française avec les idées libérales envisagées comme extension illimitée des droits individuels.