Penser notre futur. Par Laurent Ozon sur le LibreTeamSpeak.


(0)
596 Vues
0 commentaire
04.03.2012

Le conférencier analyse la disparition des peuples européens sous l'effet de la colonisation de peuplement et tente de projeter quelques scénarios possibles pour notre futur.

Interview d'Alain Soral par Ismaël Trépanier sur Radio Rockik, 3ème passage.


(1)
611 Vues
0 commentaire
21.03.2007

Les réactions d'Alain Soral après qu'Olivier Besancenot l'ait fait virer d'une émission de télévision où ils auraient dû se retrouver l'un en face de l'autre.

Conférence d'Alain Soral devant le FNJ de Nice : la redistribution du paysage politique.


(1)
490 Vues
0 commentaire
08.12.2006

Pendant l’automne 2005, la France été bouleversée par le problème des banlieues et c’est à cette occasion que l’écrivain rejoint l’équipe du FN.

L’Islam en Europe : de la culture à la religion. Avec Olivier Roy à l'ENS.


(0)
736 Vues
0 commentaire
04.04.2006

Olivier Roy tentera de répondre aux questions que posent les évènements conflictuels récents, qui semblent pour certains opposer une culture européenne à une culture musulmane.

L'ethnicisation de la France. Avec Jean-Loup Amselle à la Librairie Tropiques.


(0)
1202 Vues
0 commentaire
16.09.2011

La "question du genre" comme celle "post-coloniale" et les "études" qu'elles suscitent encore (en dépit du délabrement concret auquel elles ont abouti ), comme toute problématique, n'ont de sens et d'existence que pour et par des gens qui attribuent une importance déterminante à ces "questions".
Dans l'ordre social et politique, il est symptomatique et très révélateur de constater que ces gens qui se "partagent" ces questions comme "primordiales" se répartissent eux-mêmes assez équitablement entre des groupes de personnes rassemblées,
 d'une part autour de positions racistes, xénophobes et réactionnaires, dites "de droite" ou "d'extrême droite",
 d'autre part et de manière réputée antithétique, autour de positions communautaristes, multiculturalistes, écologistes, féministes et/ou gays/lesbiens, etc., toutes positions réputées "de gauche" voire "d'extrême gauche".
Ce que ces diverses communautés de pensée (apparemment opposées et hétérogènes) partagent spontanément et profondément, c'est donc une problématique qui leur est commune. C'est ce que pointe le livre de Jean-Loup Amselle, soit les catégories partagées et le sens contingent et immanent au "terrain" que ces groupes occupent et se disputent.
Ils n'existent que les uns par les autres et les uns pour les autres, sous la bienveillante autorité de l'oppression véritable, celle des banquiers, des plans d'austérités (pour les pauvres) et des baisse d'impôts (pour les riches).
Où comment on passe de l'exploitation à l'exclusion, du politique au sociétal , de la grève générale à la gay pride.

Russes errants sans terre promise. Avec Marion Sigaut pour Kontre-Kulture.


(0)
585 Vues
0 commentaire
20.12.2012

Ce long travail d'enquête mené mar Marion Sigaut témoignage des souffrances que l’immigration ashkenaze russe en Israël a pu engendrer.
Cet épisode historique, dûment planifié, a permi à la population juive présente en Israël de doubler, et de poursuivre ainsi la colonisation des terres palestiniennes.

L'immigration : mythes et poncifs. Avec Henry de Lesquen sur Radio Courtoisie.


(0)
818 Vues
0 commentaire
04.06.2012

Thème : l'immigration dans la campagne législative.
Avec Patrick Joly, Pierre Millan, Pierre de Meuse et Jean-Yves Le Gallou.

Mélancolie française. Avec Eric Zemmour et Guillaume Durand sur Radio Classique.


(0)
733 Vues
0 commentaire
03.03.2010

"Si vous n’êtes romain, soyez digne de l’être."
Pendant quinze siècles, ce vers de Corneille a porté l’ambition française : être reconnue comme l’héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d’assimiler les étrangers – à la fois hautaine et égalitaire – et même de sa façon d’imposer la paix en Europe.
Eric Zemmour raconte cette obsession autour de laquelle s’est tissé le roman historique français. Philippe Auguste, Louis XIV, Napoléon, Clemenceau croient toucher au but. Mais à chaque fois un croc-en-jambe les fait chuter, tantôt la puissance anglo-saxonne – notre "Carthage" – ou bien la force allemande – notre meilleure élève. A chaque fois aussi, la France s’invente des raisons d’y croire à nouveau, que celles-ci s’appellent les colonies, De Gaulle ou l’Europe.
Sauf qu’aujourd’hui la mécanique impériale est cassée. Comme si nous vivions déjà à l’heure de la chute de l’Empire, submergés par de nouveaux "barbares"…