Les Modernes et la Féminité. Avec David L'Epée à Lausanne.


(0)
701 Vues
0 commentaire
21.10.2011


De la féminisation de la société contemporaine et des rapports entre sexes et genres.

La société française et son évolution récente. Interview d'Alain Soral sur Radio 103.


(1)
4922 Vues
0 commentaire
08.2005

Le sociologue bien connu nous donne un entretien passionnant qui balaie un grand nombre de sujets : de l'université française au féminisme, du capitalisme de la séducation à l'évocation de son parcours, de l'art contemporain au populisme, on trouve toujours matière à réflexion.

Au café avec Alain Soral : féminisme, parité et censure.


(1)
742 Vues
0 commentaire
2006

Le sociologue bien connu revient sur l'histoire de l'émergence du féminisme, et sur les conséquences de la montée en puissance de cette idéologie dans nos sociétés.

Misères du désir. Avec Alain Soral sur Radio Aligre.


(1)
2271 Vues
0 commentaire
29.05.2004

Réduire la liberté au désir, et réduire le désir à l'acte d'achat : c'est l'idéologie de notre société de consommation... et la thèse que développe Alain Soral dans son livre "Misères du désir".
Voyage dans un monde en perte de sens.

L'idéologie du Genre. Avec Alain de Benoist sur Méridien Zéro.


(0)
892 Vues
1 commentaire
09.01.2013

Une réflexion sur les origines et le contenu de la théorie du Gender, sorte de bouillie conceptuelle postulant que la sexualité est détachée du genre biologique en étant une construction purement culturelle.
En cela, on peut la ranger dans le vaste mouvement d'homogénéisation du monde à l'oeuvre dans l'histoire, désignée comme idéologie du "Même" par Alain de Benoist.

Le féminisme des travailleuses. Avec Jocelyne George à la Librairie Tropiques.


(0)
623 Vues
0 commentaire
07.03.2012

De 1955 à 1989, la CGT a publié un magazine féminin, Antoinette. L’histoire de cet objet de presse singulier était nécessaire pour le mettre à sa place dans celle du féminisme.
Démystifier le réel et non pas l’exorciser, tel fut le projet de ce magazine unique dans le monde syndical. Il n’eut pas les moyens économiques de concurrencer la presse dite féminine et donc de dévoiler massivement l’idéologie qu’elle véhicule, mais il servit le féminisme des militantes car sa diffusion, toujours difficile, fut pour elles un moyen de se rendre visibles dans le syndicat et dans l’entreprise. La vente de masse d’Antoinette chaque 8 mars fut un élément important de la popularisation de cette journée des femmes.
Jocelyne George, historienne , et féministe de la première heure, témoigne de son parcours de militante et révèle à certain(e)s que les luttes pour l'égalité, la liberté et les droits des femmes n'ont pas commencé avec le M.L.F.

Théorie du genre et subversion du droit. Avec Drieu Godefridi à l'Institut Turgot.


(1)
632 Vues
0 commentaire
20.03.2013

La théorie du genre, dans sa forme la plus aboutie, nie la naturalité du sexe pour n’y voir qu’une construction purement culturelle. Elle considère que le modèle sexuel actuel -homme, femme- n’a d’autre fonction que d’assurer le primat de l’hétérosexualité et du masculin, en réprimant les modèles divergents.
Elle en appelle, dès lors -et logiquement- à éliminer toute référence au masculin et au féminin, et à porter le fer jusqu’au cœur de la loi, car ces références, explique-t-elle, ne sont que le paravent de "relations de pouvoir" illégitimes et oppressives.
La plupart des Français n'ont découvert l’existence de cette étonnante théorie qu’à l’occasion du débat sur le mariage homosexuel. Soit un an après l’adoption, au Conseil de l’Europe, de la Convention d’Istanbul contre les "violences de genre", qui consacrait la version la plus radicale de cette théorie.
Comment une prise de pouvoir aussi massive a-t-elle pu se réaliser de manière subreptice ? Quel est l’empire réel du "genre" sur le droit, en France et en Europe ? Quels sont les fondements et les objectifs ultimes de l’idéologie du genre ?
Telles sont les questions sur lesquelles Drieu Godefridi est venu nous entretenir.

Le féminisme dernier avatar de l'égalitarisme. Par Stéphane Blanchonnet à l'Action Française.


(0)
638 Vues
0 commentaire
19.02.2010

Le féminisme apparaît à bien des égards comme une des manifestations les plus radicales de l'individualisme moderne. En refusant l'idée de vocations différenciées pour les hommes et les femmes, –idée présente dans toute civilisation–, il veut chasser la nature de l'un de ses derniers bastions.
Stéphane Blanchonnet défend la thèse d'une nécessaire complémentarité entre les sexes qui a pour corollaire la reconnaissance des différences naturelles.