La transition démographique dans le monde arabe et musulman. Avec Youssef Courbage pour l'Université Des Libertés.


(0)
857 Vues
0 commentaire
06.2010

Une idée récurrente -à la fois chez les islamistes et chez leurs détracteurs- est que les pays musulmans sont rétifs à la modernisation, et à la plus importante des formes de transition, la transition démographique, celle de la fécondité et de la mortalité des enfants (et des filles) notamment. Or, les réalités montrent que la baisse de la fécondité, après avoir pris un retard certain pour des raisons complexes à la fois socio-économiques et culturelles, mais peut-être aussi idéelles, a pris sa vitesse de croisière et que l’atteinte du seuil de remplacement des générations, voire son dépassement est plausible dans un avenir non éloigné.
Pourtant, les schémas idéologiques anciens sont toujours présents : (1) la fécondité islamique est universellement élevée (2) elle ne manifeste aucune tendance importante à la baisse (3) elle est supérieure à celle des peuples voisins adeptes des autres religions.
Youssef Courbage nous montre à quel point cette vision est loin des évolutions dont nous sommes aujourd'hui les témoins. En effet, la transition démographique qui se passe sous nos yeux nous permet de postuler un "rendez-vous des civilisations", tant les variables observées semblent se rapprocher des standards occidentaux.

Maçonnoscopie. Avec Pierre Dortiguier pour Egalité & Réconciliation.


(0)
955 Vues
0 commentaire
11.2013

Dans cette série de courts entretiens, le professeur de philosophie Pierre Dortiguier revient sur l’histoire, l’esprit et le rôle politique de la franc-maçonnerie dans le monde occidental en général, et en France en particulier.

Les jeunes européens face à la société multiculturelle. Avec Laurent Ozon au Forum Polemia.


(0)
940 Vues
0 commentaire
26.11.2013

L'essayiste Laurent Ozon s'attaque ici à une question difficile et polémique : comment comprendre les difficultés, physiques et morales, des jeunes Européens contraints de vivre en milieu multiracial et multiculturel ?
Ce n'est qu'après avoir cerné les causes sanitaires, historiques, judiciaires et éducatives du problème que les pères et les mères de famille pourront en tirer les enseignements pratiques pour leurs garçons et de leurs filles.
Rappelons-nous qu'avant d'être la responsabilité des enseignants ou de l'état, l'éducation doit se faire au sein de la famille !

Les dangers de la psychologisation à outrance. Avec Alain Valterio sur Lausanne FM.


(0)
852 Vues
0 commentaire
16.06.2014

La thérapie est partout, dans la boîte de médicaments qui est sur notre table de nuit, dans le vocabulaire que nous employons, dans le séminaire sur la motivation dispensé dans le cadre de notre entreprise, dans nos lectures, dans les jugements que nous émettons sur les autres, dans notre manière d’analyser les situations, et dans le regard que nous portons sur la vie…
Il semble bien que cette névrose psy (rebaptisée psyrose par Alain Valtério, pour en dénoncer le caractère angélique et complaisant), soit le fait d’une catégorie d’adultes qui ont peur de grandir.

Peut-on réinventer l'école ? Avec Marcel Gauchet et Philippe Meirieu au Théâtre des idées du Festival d'Avignon.


(0)
1166 Vues
0 commentaire
13.07.2010

L'école est devenue la chambre d'écho des problèmes moraux, la caisse de résonance de la casse sociale, l'amplificateur des révolutions qui s'accomplissent à l'intérieur des maisons et derrière les écrans de télévision. Autorité contestée, tyrannie de l'immédiateté, ennui, apathie, décrochage ou phobie scolaire, incivilité et désenchantement face à une société où pistons et relations semblent compter davantage que les parcours exemplaires.
Loin d'être à l'abri du bruit du monde, l'école bénéficie de la modernité tout en subissant de plein fouet les métamorphoses de ce que l'écrivain Michel Leiris appelait la "merdonité". Et nombre d'enseignants ont l'impression que la société défait le soir après la classe ce qu'ils ont patiemment tenté d'élaborer dans la journée. Le sentiment d'appartenance à un projet qui transcende les individualités s'est évaporé. Le sens du "nous" s'est dispersé. Comment l'école peut-elle fédérer une collectivité à l'ère de l'entre-soi tribal et de l'individualisme intégral?
La famille, ensuite, a largement cessé d'être l'alliée naturelle de l'école. La cellule structurante de l'enfant se décharge souvent de sa fonction éducative sur l'institution publique. Autrefois convergentes, les deux instances sont passées de la connivence à la discorde.
Autre signe des temps : le sens des savoirs scolaires s'est diffracté et un mouvement de "désintellectualisation" gagne une frange de l'Europe, pourtant construite sur la culture humaniste.
Ce constat ne doit pourtant pas conduire à une rhétorique de la déploration, ni au recours à l'incantation d'un passé mythifié.
Comment redonner du sens à la scolarité et aux disciplines enseignées ? Comment retrouver le plaisir des apprentissages ?
Tels sont les défis pédagogiques de cet entretien croisé entre deux intellectuels soucieux du devenir de l'école publique.

Combattre la théorie du genre : Farida Belghoul répond aux questions de David L'Epée.


(0)
456 Vues
0 commentaire
2014

David L'Epée s'entretient ici avec Farida Belghoul, leader des journée de retrait de l'école (JRE), au sujet de l'introduction dans l'éducation nationale de la théorie du Genre, et de l'alliance nécessaire entre catholiques, musulmans et athées pour contrer cette idéologie insidieuse.

La théorie du Genre. Avec Alain de Benoist et Farida Belghoul chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
719 Vues
0 commentaire
05.03.2014

Alors que les Journées de Retrait de l'Ecole commencent à révéler l'ampleur et la rapidité de progression de la théorie du Genre en France, la militante Farida Belghoul et l'intellectuel Alain de Benoist font le point sur l'avancement de cette théorie qui décline, dans le domaine de la sexualité, les potentialités dévastatrices de ce qu'il est convenu d'appeler "l'idéologie du Même".

La méthode de l'égalite. Avec Jacques Rancière à la Librairie Mollat.


(0)
673 Vues
0 commentaire
05.02.2013

Littéraire et cinéphile, Jacques Rancière élabore depuis les années 1960/1970 une philosophie de l’émancipation, celle de la participation de tous à l’exercice de la pensée, et donc au gouvernement de la cité.
Contre ces intellectuels qui prétendent détenir la vérité, il se bat pour l’abandon de la traditionnelle distinction entre savants et ignorants.
Il revient ici sur son parcours biographique, son oeuvre philosophique et son regard de philosophe sur le monde.
Une vie qui se veut tout sauf exemplaire, dédiée à l’exercice de la philosophie, c’est-à-dire à l’émergence de nouveaux mondes possibles.