Le projet Ars Industrialis. Avec Bernard Stiegler sur la RTS.


(0)
511 Vues
0 commentaire
06.2016

C'est à l'initiative de Bernard Stiegler que l'association Ars Industrialis a été créée le 18 juin 2005 en se présentant alors comme une "Association internationale pour une politique industrielle de l’esprit".
Car à notre époque, la vie de l'esprit, selon les mots d'Hannah Arendt, a été entièrement soumise aux impératifs économiques, et aux impératifs des industries culturelles, et des industries de l’informatique et des télécommunications. Ce secteur peut être défini comme celui des technologies de l’esprit.
À la critique du dévoiement de ces technologies comme instruments de contrôle des comportements, c'est à dire des désirs et des existences, Ars Industrialis associe la proposition centrale de former une écologie industrielle de l'esprit.
Retour sur la trajectoire et la dynamique Ars industrialis en compagnie de Bernard Stiegler et des nombreuses personnes qui se sont agrégées au projet.

Les affects de la politique. Avec Frédéric Lordon à la Sorbonne.


(0)
314 Vues
0 commentaire
18.01.2017

Que la politique soit en proie aux "passions", tout le monde l'accordera. Autrement malaisé serait de faire entendre que les affects constituent son étoffe même. La politique n'est-elle pas aussi affaire d'idées et d'arguments, et les "passions" ne sont-elles pas finalement que distorsion de cet idéal d'une politique discursive rationnelle ?
Le point de vue spinoziste bouscule la fausse évidence d'une antinomie entre les "idées" et les affects. On émet bien des idées pour faire quelque chose à quelqu'un - pour l'affecter. Et, réciproquement, les idées, spécialement les idées politiques, ne nous font quelque chose que si elles sont accompagnées d'affects. Faute de quoi, elles nous laissent indifférents.
En "temps ordinaires" comme dans les moments de soulèvement, la politique, idées comprises, est alors un grand jeu d'affects collectifs.

Une conférence qui s'inscrit dans le séminaire "Actualité de la philosophie et des sciences sociales" organisé par Geoffroy de Lagasnerie.

République et démocratie : la fin des mythes. Avec Patrick Buisson pour Renaissance Catholique à Villepreux.


(0)
246 Vues
0 commentaire
10.12.2017

Essayiste, historien et politologue, le patron de la Chaîne Histoire brosse ici la fresque de plus de deux siècles de régime républicain.
En partant des guerres de Vendée -qu'il qualifie de premier génocide idéologique de l'Histoire- Patrick Buisson tente de dégager l'essence de la République française et relie cet épisode dramatique à une réflexion très actuelle sur la légitimité du pouvoir.
Sans faire montre d'un optimisme excessif, il termine sa conférence en nous donnant quelques raisons d'espérer.

Le mandat impératif, de la Révolution française à la Commune de Paris. Avec Pierre-Henri Zaidman sur Radio Libertaire.


(0)
227 Vues
0 commentaire
12.06.2017

En cette période d'élections et d'appels au "devoir citoyen", on veut nous faire croire que le régime représentatif en place, garant de la continuité de l'État-nation, est le modèle indépassable de la démocratie.
Pourtant, aussi bien dans des périodes historiques révolutionnaires que dans les mouvements sociaux actuels, des propositions de contrôle et de révocabilité des mandatés ressurgissent régulièrement.
Pierre-Henri Zaidman, auteur du livre Le mandat impératif De la révolution française à la Commune de Paris, nous montre la richesse historique de cette tradition de contrôle des représentants politiques.

Au-delà de la démocratie directe, pour une critique libertaire du démocratisme. Avec Léon de Mattis sur Radio Libertaire.


(0)
262 Vues
0 commentaire
2017

La "démocratie représentative", c’est-à-dire l’État capitaliste parlementaire bourgeois, n’a plus de légitimité chez une part grandissante des gens, d’où un engouement toujours plus fort des déçus pour un mot d’ordre, celui de "démocratie directe".
Si la "démocratie directe" peut être effectivement une étape vers une critique émancipatrice des hiérarchies et de l’État, et témoigne assez souvent d’une authentique volonté d’égalité réelle, on peut cependant se demander si elle est réellement anti-étatiste, libertaire et anti-capitaliste.
Est-elle vraiment l’unique moyen d’organisation d’une lutte ? Est-elle seulement un bon moyen de lutte ? Est-elle un horizon souhaitable ?

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

La "merde" de l'économie politique. Avec Francis Cousin pour le Cercle Marx.


(0)
1107 Vues
0 commentaire
05.2017

Il est toujours très stimulant de discuter avec Francis Cousin ! Indépendamment de la validité de certaines de ses positions et analyses, l'homme est objectivement impressionnant au niveau de l'énergie intellectuelle déployée : on ne s'ennuie jamais !

Contenu détaillé de l'entretien :
 0'00'00 : Un entretien communiste et non marxien / Critique de la démocratie / Les élections présidentielles françaises / Libre-échange et protectionnisme / Critique du Front National / Macron et la banque Rothschild / La classe politique française / Critique de l’antifascisme / Critique de la social-démocratie / Critique du parti "communiste" français / Critique de la gauche du Capital / Le terrorisme comme phénomène capitaliste et étatique / La 8eme section du livre I du Capital / Le capitalisme comme révolution agricole / Critique de Trotski / Terrorisme et Communisme / Eugène Varlin contre le blanquisme / L'importance de la baisse tendancielle du taux de profit / Sanguinetti : du terrorisme et de l’État / Retour sur l’œuvre de Guy Debord / La place du situationnisme dans l'histoire de la pensée critique / Critique de la société de l'indistinction / Le travail de Francis Cousin
 0:51:00 : Questionnement sur les derniers attentats / Critique des vérités officielles / Le monde de la réalité renversée / L'importance du chapitre inédit : domination réelle et domination formelle du Capital / L'œuvre critique de Marx et sa profonde cohérence / L'inachèvement de l'œuvre de Marx / La disparition de la politique / Histoire de la philosophie : des présocratiques jusqu'à Kant / Hegel / La falsification léniniste de Marx / Marx contre Lénine / Marx critique du marxisme / L'importance de la Critique du programme de Gotha / Marx contre le capitalisme d’État / Marx critique du bolchevisme / La révolte de Kronstadt / La phase de transition / La falsification du concept de dictature du prolétariat / Critique de l’État / Les différentes phases du communisme / La révolution et l'auto-émancipation prolétarienne universelle / Critique de Proudhon / Critique du survivalisme / Mai 68 / Perspectives sur la crise terminale / Critique du narcissisme contemporain / L'autonomie de la pensée et le déterminisme historique / Héraclite
 1'34'00 : Le détournement situationniste comme pratique de l'anti-idéologie / Le vrai comme moment du faux / L'importance de la distinction entre domination formelle et domination réelle / Dépasser dialectiquement Debord avec Marx / L'importance de la baisse tendancielle du taux de profit / L'importance de Hegel / Apparence, Essence et Concept / La méthode dialectique hégélienne / Travail vivant et travail mort / Valorisation et dévalorisation / Smith et Ricardo / La plus-value en domination formelle et réelle / La saturation des marchés / Révolution prolétarienne ou 3eme guerre mondiale ? / Commentaires sur l'extrême radicalité des temps derniers / Le déterminisme historique / Bordiga / Critique de la science / Les présocratiques / Critique de Heidegger / Jacques Ellul / Bernanos / René Guenon / Critique de l'Université / Spinoza dans l'histoire de la philosophie / Spinoza vs Descartes / Spinoza et Hegel / Bordiga et le déterminisme historique / Éros et Thanatos / Freud / Castoriadis / Critique de Clouscard / Sade / Critique de la pathologie du pouvoir / Mai 68 / Les réseaux pédocriminels / L'affaire Pizzagate : la marchandisation des enfants / Maximilien Rubel et la question des traductions de Marx / Pierre Clastres et la chronique des Indiens Guayaki
 Conclusion : la merde de l'économie politique et l'abolition de la société spectaculaire-marchande.

Sécession. Avec Julien Rochedy pour le Bréviaire des Patriotes.


(2)
513 Vues
0 commentaire
11.2016

Pour ce troisième numéro de Sécession, Julien Rochedy revient particulièrement sur l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, et plus largement sur l’actualité du mois de novembre.

Sommaire de l'entretien :
 - 00:01:58 – Une élection historique !
 - 00:15:36 – Réactions outrées de l’intelligentsia française
 - 00:24:47 – Une victoire identitaire
 - 00:30:01 – Politique étrangère : ce qui va changer
 - 00:35:20 – Economie : le retour du keynésianisme
 - 00:41:10 – La chute de Clinton et le rôle de Wikileaks
 - 00:43:57 – L’influence des réseaux néoconservateurs
 - 00:51:02 – Le retour des peuples et les conséquences pour la France
 - 00:56:46 – La formule gagnante de Donald Trump
 - 01:00:15 – Le milliardaire, un nouveau modèle ?
 - 01:04:59 – Trump, Poutine : le retour des hommes en politique
 - 01:18:15 – Le problème de la démocratie
 - 01:26:25 – Retour de Syrie : témoignage et réflexion
 - 01:39:46 – Répartition des migrants : l’Etat-zombie contre le peuple

À quoi tient la valeur épistémique de la démocratie ? Avec Bernard Manin au Collège de France.


(0)
387 Vues
0 commentaire
01.03.2017

Accoler le terme épistémique à celui de démocratie ne va pas de soi, bien que les rapports pouvoir/savoir ne soient pas étrangers l'un à l'autre.
Car si le but du politique est de prendre des décisions pour une communauté, prendre une "bonne décision" sous-entend qu'il existe des formes institutionnelles qui les favorisent.
Dans ce cadre, la démocratie épistémique serait donc une forme de juste redistribution du pouvoir entre les porteurs de savoirs.
Est-il alors possible de soutenir que la valeur épistémique de la démocratie est à même de prendre de "bonnes décisions" et si oui, pourquoi ?