Quels enjeux pour la journée du 5 décembre ? Avec Frédéric Lordon sur RT France.


(0)
339 Vues
0 commentaire
02.12.2019

"Vous voulez sortir du désastre ? Sortez du capitalisme !" C'est avec cet état d'esprit que l'économiste et philosophe Frédéric Lordon entend participer aux manifestations du 5 décembre. Car si l'enjeu des retraites est cette fois encore au centre du mouvement social, il espère un débordement afin de poursuivre le travail des Gilets Jaunes.
Car les problèmes actuels du pays, du pouvoir d'achat au régime de travail en passant par la crise climatique, ne peuvent tout bonnement plus être assumés par le personnel politique en place ni résolus dans le système économique qui est le nôtre, à savoir le capitalisme.
Il s'agit ni plus ni moins de "changer un monde par un autre" au travers d'un "processus révolutionnaire".

Émission "Interdit d'interdire", animée par Frédéric Taddeï.

Pour une critique émancipatrice du Spectacle. Avec Benoit Bohy-Bunel sur Radio Libertaire.


(0)
387 Vues
0 commentaire
2019

En s'appuyant sur les thèses de Debord, Marx et Lukacs, Benoit Bohy-Bunel fait une lecture contemporaine du capitalisme actuel. Il part d'observations sur la publicité, le cinéma, la littérature de masse ou les réseaux sociaux pour renvoyer à une réflexion sur le travail, le salariat ou la valeur.
Car tout est lié par la marchandisation abusive de tout et de tous. Il ne peut plus y avoir ni compréhension du monde, ni lutte, ni projet social qui ne soient globalisés, à la mesure de la puissance capitaliste. Benoit Bohy-Bunel propose alors une réflexion sur les luttes possibles.
Un travail indispensable contre la mystification, l'aliénation et la marchandisation généralisée.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

Hors-champs. Avec Eva Illouz sur France Culture.


(0)
384 Vues
0 commentaire
12.11.2012

Si le mal d'amour a toujours existé, il y a une manière spécifiquement moderne d'aimer et de souffrir de l'amour. Et si le capitalisme présente apparemment un visage froid, les sentiments restent des acteurs majeurs de notre histoire. Ce sont deux des thèmes principaux que le travail d'Eva Illouz entend éclairer. En creux se dresse le portrait de l'individu contemporain ainsi que des pathologies qui lui sont associées.
Tout cela dessine une économie émotionnelle et sexuelle qui nous laisse souvent désemparé, pris que nous sommes entre une hyper-émotivité paralysante et un cadre social qui tend à standardiser, dépassionner et rationaliser les relations amoureuses.

L'Âge du productivisme. Avec Serge Audier à la Librairie Ombres Blanches.


(0)
308 Vues
0 commentaire
07.06.2019

Depuis la fin du XXe siècle, des signaux d'alarme écologiques ne cessent de retentir : réchauffement climatique toujours plus incontrôlable, destruction exponentielle et dramatique de la biodiversité, déforestations accélérées, pollutions diverses, "plastification" des mers, etc. Pourtant, les défenseurs de la cause écologique peinent à véritablement convaincre l'ensemble de la société ainsi que les décideurs économiques et politiques de la nécessité d'un changement urgent de modèle. Pourquoi les forces politiques, de droite mais aussi de gauche, n'ont-elles pas su ou voulu prendre en charge le défi écologique ?
C'est à cette question que s'intéresse Serge Audier qui, pour y répondre, nous offre une ample fresque sur les racines philosophiques, idéologiques et politiques de la crise actuelle. Au croisement de l'histoire et de la philosophie, cette généalogie intellectuelle examine les logiques doctrinales et politiques qui, depuis près de deux siècles, ont présidé aux prises de position et aux programmes en matière environnementale, à leurs réussites comme à leurs nombreux échecs. Il montre notamment pourquoi, dans de nombreuses régions du monde, la logique socio-économique, politique et culturelle dominante est allée dans le sens d'un modèle productiviste qui a provoqué une destruction accélérée et sans précédent du milieu naturel.
Parallèlement, il soulève la question des "possibles" non aboutis ou non réalisés, et invite à (re)découvrir des voies alternatives – entre anarchisme et socialisme – qui ont cherché à articuler critique sociale et critique écologique du capitalisme, dans l'horizon d'une "cité écologique" à venir.

Institution, imaginaire, autonomie : autour de Cornelius Castoriadis. Avec François Furet, Marcel Gauchet, Claudia Moatti, Ramin Jahanbegloo, Joël Roman, Pierre Rosanvallon et Paul Thibaud au Centre Culturel International de Cerisy.


(0)
1144 Vues
0 commentaire
1990

Depuis les années 1970, l'œuvre de Cornélius Castoriadis apparaît de plus en plus comme une référence majeure pour tous ceux qui s'efforcent d'analyser la dynamique des sociétés contemporaines, d'élucider le sens du projet démocratique, ou de mettre en lumière les conditions auxquelles on peut penser l'histoire et la liberté.
Ce colloque a pour but de montrer et de discuter les principaux apports de cette pensée exigeante à la philosophie et à la théorie politique, mais aussi à la compréhension du présent et à l'épistémologie du savoir contemporain.
Cinq thèmes ont été retenus qui donnent lieu à des exposés et à des débats entre Cornélius Castoriadis et des intellectuels de divers pays :
 - ontologie et épistémologie
 - la théorie de la démocratie et l'expérience grecque
 - le social-historique et l'imaginaire social des sociétés modernes
 - les conflits politiques et les perspectives contemporaines
 - l'inconscient et la psychanalyse

La crise du capitalisme et la politique monétaire. Avec Maxime Izoulet au Cercle Res Communa.


(0)
431 Vues
0 commentaire
24.10.2019

Comptable, doctorant à l'EHESS et spécialiste des questions monétaires, Maxime Izoulet nous explique en quoi l'histoire et la logique de la comptabilité en partie double est importante pour comprendre le fonctionnement du capitalisme.
Étudiée par Jean Fourastié il y a plus de cinquante ans, cette technique, utilisée quasiment de la même façon depuis le Moyen-âge jusqu'à aujourd'hui, pourrait bien être à la source du capitalisme moderne, qui aura vu la naissance et l'expansion de la monnaie de crédit et des marchés financiers.

Critique de la société de l'indistinction. Avec Francis Cousin pour le Collectif Guerre de Classe.


(0)
551 Vues
0 commentaire
10.2019

Le fétichisme de la marchandise est l'universelle domination sociale du quantitatif indistinct qui partout désormais développe l'exclusion spectaculaire du qualitatif dans la luxuriance aliénatoire de la dépossession humaine.
Aujourd'hui, dans ce monde du falsifié triomphant et de l'inversion généralisée, le krach inévitable du système des fictions faramineuses de l'économie spéculative s'annonce de plus en plus proche. Aussi, le gouvernement du spectacle mondial n'a t-il rien d'autre à offrir à la planète pour échapper à la faillite et tenter de sauver un dollar sur-hypothéqué que le chaos de la guerre sans fin par la mise en scène permanente de coup montés terroristes de vaste ampleur, menés de l'intérieur même des services spéciaux de la provocation étatique.
Francis Cousin nous livre une critique de la société de l'indistinction qui provient de l'histoire radicale des radicalités historiques elles-mêmes.

Le productivisme, voilà l'ennemi. Avec Serge Audier sur France Culture.


(0)
345 Vues
0 commentaire
02.02.2019

Jamais l'urgence écologique n'a été aussi manifeste, ni sa conscience partagée. Et pourtant ? Quelles conséquences politiques sont véritablement tirées de cette situation ? Comment comprendre que les enjeux écologiques ne soient pas désormais ceux qui structurent en premier lieu le débat politique ? Comment comprendre ce fossé entre d'un côté les faits et de l'autre l'absence de conséquences que nous semblons politiquement en tirer ?
Pour saisir ce hiatus, et sans doute commencer d'y remédier, il ne convient pas seulement d'être saisis, effrayés par l'avenir mais aussi d'accepter de faire un nécessaire détour par l'histoire. Une histoire intellectuelle qui s'efforce de remonter le cours du long fleuve de l'écologie afin d'identifier les barrages, les retenues, les obstacles posés depuis plus de deux siècles par le productivisme.

Émission "La Suite dans les idées", animée par Sylvain Bourmeau.